La France a décidé de fermer ses frontières à tous les pays qui ne font pas partie de l’Union européenne, dont l’Algérie, à partir du dimanche 31 janvier. Une décision qui va encore compliquer les opérations de rapatriement des Algériens bloqués dans ce pays. Concrètement, les vols spéciaux seront-ils annulés suite à cette décision ?

Selon le responsable de la communication d’Air Algérie, Amine Andaloussi, cité par le site Le Jeune Indépendant, les vols de rapatriement d’Air Algérie seront maintenus jusqu’à la fin du mois de février. Le responsable au sein de la compagnie nationale affirme le maintien de ses trois vols (deux vols à partir de l’aéroport Orly et un à partir de Roissy-Charles de Gaulle) depuis la capitale française, Paris.

Amine Andaloussi a indiqué que la mesure prise par les autorités françaises concerne uniquement les vols réguliers. Actuellement, trois compagnies aériennes effectuent des «vols spéciaux» entre l’Algérie et la France dans les deux sens. Au départ d’Algérie, les vols sont assurés par Air France et ASL Airlines. Air France opère un vol quotidien au départ d’Alger et ASL Airlines a un programme de vols au départ de trois aéroports algériens : Alger, Annaba et Bejaïa.

Au départ de France, c’est Air Algérie qui assure les vols spéciaux de rapatriement. Trois vols quotidiens sont programmés en février : deux au départ de Paris-Orly (AH 1011 à 14h et AH 1005 à 15h20) et un troisième depuis l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle (AH 1001 à 14h40) pour les Algériens bloqués dans d’autres pays.

À lire aussi :  Guerre d'Algérie : révélations sur les prisons de Normandie

Il faut attendre les instructions de la Direction générale de l’aviation civile française

Même si pour le moment, aucun changement de programmation n’a été annoncé officiellement par Air Algérie, il faudra cependant attendre les instructions de la Direction générale de l’aviation civile française (DGAC) pour être fixé définitivement.

Cependant, les nouvelles mesures vont certainement rendre plus difficile le déplacement des binationaux et des ressortissants autorisés à voyager en France pour "motif impérieux".