Les prix du pétrole continuent avec leur tendance haussière. Ils ont atteint leur plus haut niveau depuis une année. Ce jeudi 4 février, les cours du Brent (référence pour le pétrole algérien) sont cotés à 58,46 dollars. Les prix de l’or noir ont été notamment impactés par la baisse des stocks américains.

Ainsi, après une période difficile, le marché pétrolier renoue avec son dynamisme. Les cours du pétrole ont terminé à leur plus haut niveau depuis début 2020. Le baril du Brent de la mer du Nord (référence pour le pétrole algérien) pour livraison en avril a gagné 1,7%, ou 1 dollar, pour terminer à 58,46 dollars, son plus haut niveau depuis février 2020. Quant au baril américain du WTI, il a également gagné 1,7% ou 93 cents, à 55,69 dollars, son plus haut depuis janvier 2020.

Ces prix ont été positivement impactés par la publication d’une nouvelle baisse des stocks de brut aux États-Unis et les conclusions d’une réunion mensuelle de l’OPEP+ sans surprise. Les réserves de pétrole brut aux États-Unis ont reculé la semaine dernière de 1 million de barils, selon un rapport de l’Agence américaine d’Information sur l’Energie (EIA) diffusé mercredi, après avoir déjà chuté de 9,9 millions la semaine précédente.

Le vaccin, un espoir pour l'économie mondiale

Les cours du pétrole ont également été impactés par le lancement de la campagne de vaccination contre la Covid -19. « Le déploiement progressif des vaccins dans le monde (…), un facteur positif pour le reste de l’année, qui stimulera l’économie mondiale et la demande de pétrole » a affirmé l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dont les membres et alliés via l’accord OPEP+ se sont réunis par visioconférence mercredi 3 février. Il faut ajouter à cela l’espoir suscité par de nouvelles mesures de soutien à l’économie américaine. Des mesures décidées par le nouveau président Joe Biden.

Lire aussi : Les prix du pétrole ne vont pas augmenter avant 2023