Plusieurs chômeurs de la wilaya de Touggourt sont sur la route vers Alger pour réclamer du travail des hautes autorités du pays. Ces jeunes qui ont entamé leur marche, lundi 2 février, ont choisi ce moyen extrême de manifester parce qu'ils disent ne pas avoir trouvé des oreilles attentives au niveau local.

Ils sont plusieurs jeunes, plus d'une dizaine, à s'être ébranlés lundi du chef-lieu de la wilaya de Touggourt (anciennement daïra de la wilaya de Ouargla) vers la capitale Alger pour protester contre leur marginalisation en matière d'emploi. Les chômeurs en question sont appelés à marcher plus de 660 kilomètres pour revendiquer des postes d'emploi, après plusieurs démarches inabouties au niveau local.

Selon les protestataires, cette escalade dans l'action est le fruit des fausses promesses, en matière d'emploi. Les autorités de wilaya n'ont pas réglé le dossier de l'emploi malgré les nombreuses protestations menées par les jeunes chômeurs.

Ils ont choisi plusieurs slogans pour leur manifestation d'envergure, à l'instar de "Non à la marginalisation des populations du Sud", "Les choses deviennent insupportables ! Tirons la sonnette d'alarme" et "La situation ne présage rien de bon".

Les jeunes manifestants n'ont pas manqué de relever qu'ils ont demandé une audience au directeur de l'emploi qui a refusé de les recevoir. Le wali délégué a, lui aussi, rejeté leur demande d'audience. Et c'est ce qui les a conduits à prendre la décision de marcher sur Alger, avec tous les risques qui peuvent en découler.

Lire aussi : Crise économique en Algérie : 1,7 million d’emplois menacés