L'explosion d'une bonbonne de gaz dans une chambre de la cité universitaire Ouled Fayet 2, à Alger, a fait tomber sa première tête. La plus vulnérable dans la chaîne des responsabilités. En effet, la Direction des œuvres universitaires a annoncé ce lundi 8 février le limogeage du directeur de la cité où a eu lieu l'explosion ayant causé la mort d'une étudiante.

En effet, c'est le directeur des œuvres universitaires d'Alger-ouest, Rabah Dekkar qui a fait part de cette décision sur la chaîne d'Ennahar. Il a indiqué que la direction de l'Office des œuvres universitaire a mis fin aux fonctions du directeur de la cité de Ouled Fayet 2 pour filles, en l'occurrence Seïf Eddine Hadji.

Le responsable en question n'a pas annoncé d'autres décisions. Il n'a pas non plus précisé si les hauts responsables de sa structure ont l''intention de prendre d'autres décisions, en dehors de ce limogeage que beaucoup peuvent considérer comme un maigre acquis pour la justice et l'âme de la victime. Il s'est contenté d'annoncer le nom du successeur du directeur limogé, à savoir Abdelkader Bouachrine.

Pour rappel, une bouteille de gaz butane a explosé, dans la matinée du samedi 6 février, dans la chambre de l'étudiante Nacera Bekkouche. Ce dernière, âgée de 24 ans et originaire de la wilaya de Tiaret, a rendu l'âme sur le coup. La nouvelle a consterné les résidentes de la cité, particulièrement celles qui connaissaient la jeune victime.

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

Dans un communiqué rendu public, le ministère de l'enseignement supérieur a précisé que le drame a eu lieu suite à "à un court circuit déclenché au niveau d’un chauffage électrique de la chambre de l’étudiante". Cela n'a pas été du goût des étudiantes de la cité de Ouled Fayet qui n'ont pas manqué d'initier un rassemblement dans la soirée de samedi pour dénoncer les conditions de vie en vigueur à l'intérieur de la résidence.

Lire aussi : Kabylie : Un incendie fait quatre blessés dans une chambre universitaire