Algérie : Les campus universitaires au bord de l'explosion

L'université algérienne s'enfonce de plus en plus dans un marasme généralisé. Les étudiants montent au créneau ces derniers jours pour crier leur ras le bol et dénoncer la mauvaise gestion dont ils sont victimes. Ils ont organisé des manifestations dans plusieurs campus et résidences universitaires à travers le pays.

Ainsi, la situation dans l'université algérienne est explosive. Le décès tragique de l’étudiante Nacera Bekkouche à la cité universitaire de Ouled Fayet à Alger, samedi dernier, n’est que la goutte qui a fait déborder le vase. Ce dramatique événement a poussé les étudiants à agir pour dénoncer leur mal-vie.

Des rassemblements ont été organisés dans les cités universitaires de Ouled Fayet, Hydra et Bab Ezzouar ainsi qu’à Oran. Les résidents ont dénoncé la mauvaise qualité des œuvres universitaires. Un autre rassemblement a été organisé à l’Université de Constantine et à l’Université des sciences et de la technologie de Bab Ezzouar à Alger. Les protestataires ont dénoncé les conditions qui ont mené à la mort de Nacera Bekkouche, mais aussi les violences subies par l’étudiant Walid Nekkiche lors de sa garde à vue.

Société Voici pourquoi ce roman crée la polémique en Algérie

Prémices d'une révolte généralisée

Ces mouvements estudiantins annoncent les prémices d'une révolte généralisée, étant donné que la colère couve depuis des années. Les universitaires ont tiré la sonnette d'alarme et ont alerté sur la situation de l'université algérienne. Les résidents dans les cités universitaires subissent un climat d'insécurité et une mauvaise qualité des œuvres universitaires.

Par ailleurs, pour calmer les esprits, les responsables ont annoncé une série de mesures afin d'améliorer la gestion des œuvres sociales. Le ministre de l'enseignement supérieur a procédé à des changements au niveau de quelques structures des œuvres universitaires à travers le pays. Des changements qui sont loin des attentes des étudiants qui aspirent à des mesures concrètes pour soigner le mal profond de l'université algérienne.

Lire aussi : Explosion à la cité U de Ouled Fayet : Une première tête tombe


Vous aimez cet article ? Partagez !