Le tribunal de Dar El Beïda, à Alger, a condamné à 20 ans de prison ferme un ex-terroriste accusé de meurtre avec préméditation. L'homme a assassiné sa femme par strangulation afin d'avoir la garde de ses enfants et pouvoir retourner en France.

Cette affaire remonte au mois de mai de l'année dernière. L'assassinat a eu lieu dans la localité de Bordj El Kiffan. L'ex-terroriste avait appelé les services de sécurité pour signaler la mort de sa femme. Il avait témoigné que la défunte s'était réveillée le matin en forme, et qu'elle lui avait dit qu'elle avait des maux de tête. L’assassin a attesté que sa femme avait rendu l’âme pendant son sommeil.

Il avait également affirmé qu'il ne s'était rendu compte de la mort de sa femme que quelques heures plus tard, en pensant qu'elle avait uniquement perdu conscience. Le faux témoignage de l'assassin et ses tentatives de maquiller le crime ont été dévoilés par l’enquête. L’autopsie pratiquée sur le corps de la défunte a révélé que cette dernière avait été violentée avant d'être tuée par strangulation. L’autopsie a également révélé que la victime était morte à 9 heures du matin, ce qui est en contradiction avec les déclarations de son mari.

Le rapport du médecin légiste révèle la supercherie

Ainsi, suite aux révélations du rapport du médecin légiste, les services de sécurité ont procédé à un nouvel interrogatoire du mari qui a révélé des contradictions avec ses premières déclarations. La police a aussi entendu la famille de la victime ainsi que ses voisins. La mère de la défunte a affirmé que l’assassin l'avait appelée à 13 heures pour l'informer que sa fille ressentait des maux de tête et qu'elle devait venir lui rendre visite. Le voisin de la victime a aussi révélé qu'il avait proposé ses services pour évacuer la femme à l’hôpital. Un témoignage qui contredit les affirmations du mari qui a déclaré qu'il avait tout tenté pour venir en aide à sa femme.

À lire aussi :  À Grenoble, un homme armé menace de mort « les mauvais musulmans »

S'agissant des raisons de ce meurtre, l’enquête a révélé qu'il n'y avait pas de soucis particuliers dans ce couple. Le mari a fait pression sur sa femme pour retourner en France en réponse aux sollicitations des autorités françaises, selon lui. Les investigations ont aussi révélé que l’assassin avait purgé une peine de prison en France pour des actes terroristes. Afin de pouvoir voyager avec ses enfants, le mari a planifié l'assassinat de sa femme, qui refusait de partir en France, avant de tenter de le maquiller en mort naturelle.

Lire aussi : France : Un Algérien condamné à 25 ans de réclusion criminelle