Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, s’est exprime de nouveau, ce mardi 16 février, sur la réouverture de l’espace aérien de l’Algérie. Le responsable algérien estime qu’il vaut mieux maintenir les frontières fermées, par précaution.   

En réponse à une question du sénateur chargé de la diaspora algérienne, Abdelouahab Benzaïm, le premier responsable du secteur de la santé en Algérie a rappelé, une nouvelle fois, que « la réouverture l’espace aérien est une décision souveraine ».

En effet, le Pr Abderrahmane Benbouzid s’est prononcé contre la réouverture des frontières, en raison du risque de propagation des nouveaux variants de coronavirus, jugés plus contagieux, en Europe. « Il vaut mieux maintenir l’espace aérien verrouillé par précaution, alors que le nombre de contaminations a flambé suite à la réouverture des frontières », a-t-il indiqué. Et de réaffirmer que cette décision a pour but d’essayer de freiner la propagation du coronavirus et ses nouveaux variants.

Réouverture des frontières : Une décision politique

Ainsi, la fermeture des frontières demeurera en vigueur en dépit du lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19. Cette mesure devrait probablement être renforcée pour faire face à l’émergence de nouvelles souches ou variants potentiellement plus contagieux du coronavirus, selon le porte-parole du Comité scientifique, Djamel Fourar, qui s'était exprimé sur la question en janvier dernier.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Le porte-parole du Comité scientifique chargé du suivi de la pandémie de coronavirus avait, en effet, mis en garde contre la réouverture des frontières de l’Algérie. Il avait évoqué le risque de propagation de la nouvelle souche de la Covid-19 venant d’Europe.

Le ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, avait estimé, de son côté, que « la fermeture des frontières a permis à l’Algérie d’endiguer la propagation du coronavirus, contrairement à d’autres pays qui ont tardé à fermer leurs frontières ».