Le poste-frontière Colonel Lotfi de Maghnia sera exceptionnellement ouvert afin de permettre à un ressortissant algérien, décédé dans des circonstances mystérieuses au Maroc, d’être enterré en Algérie. C’est la famille du défunt qui a annoncé la nouvelle, mercredi 17 février.

L’ouverture exceptionnelle du point de passage permettra aux proches du défunt de transférer la dépouille dans sa ville natale, El Abed, dans l’ouest de Tlemcen. Le consulat d’Algérie à Rabat a informé les concernés que le corps serait acheminé en Algérie dès que les autorisations nécessaires seraient délivrées par les autorités marocaines.

Pour rappel, ce jeune Algérien, dénommé Imad Bourekba et âgé de 23 ans, est décédé dans des circonstances suspectes au niveau des frontières marocaines. La triste nouvelle a été annoncée à la famille du défunt par les services de la gendarmerie royale, qui n’ont cependant avancé aucune explication sur les raisons du décès de leur fils.

En effet, en réessayant de joindre son fils par téléphone, 48 heures après sa disparition, la mère de Imad Bourekba fut surprise d’avoir au bout du fil un élément de la gendarmerie royale marocaine. Celui-ci a annoncé à la maman la nouvelle de la mort de son fils, dont le corps se trouvait à l’hôpital El Farabi, situé à la ville de Oujda, dans l’est du Maroc. Les proches du défunt ont aussitôt pris attache avec les services de la Gendarmerie nationale algérienne, lesquels ont immédiatement ouvert une enquête sur l’affaire.

À lire aussi :  Paris-Alger à pied : Le jeune algérien arrive bientôt en Tunisie

Pour les membres de la famille du défunt, les services de sécurité marocains cacheraient la vérité sur les circonstances du décès de Imad. Les proches de la victime demandent qu’une autopsie soit pratiquée sur le corps du défunt dès qu’il sera acheminé en Algérie. Ils réclament aussi l’intervention des autorités algériennes pour connaître ce qu’il s’est réellement passé au niveau de la frontière algéro-marocaine.