Le président du Forum des compétences algériennes (FCA), Adel Ghebouli, a révélé que 15 000 médecins algériens exerçaient à l’étranger, dont 13 000 en France. Lors de son passage à l’émission « L’invité du matin » sur la radio Chaîne 1, jeudi 25 février, il a affirmé ces compétences avaient été contraintes de quitter leur pays.

Le président du FCA a indiqué que les compétences algériennes « ont été marginalisées à une certaine période ». Il a souligné que ces cadres avaient « démissionné ou démis de leurs fonctions », expliquant que « le climat n’était pas favorable aux compétences pour jouer leur rôle dans la société pour certaines raisons ».

Adel Ghebouli tire la sonnette d’alarme. Il considère que « le fait que l’Algérie forme ses enfants du primaire jusqu’à l’université pour que d’autres pays en bénéficient gratuitement est inquiétant ». Il a appelé les pouvoirs publics à prendre les mesures nécessaires pour récupérer ces compétences à l’étranger. Le président du FCA a également réclamé « la réhabilitation et la valorisation des compétences pour qu’elles comprennent qu’elles sont au cœur de toutes les équations ».

Plateforme pour recenser les compétences algériennes à l’étranger

Il faut signaler que le retour de ces compétences en Algérie n’est pas pour demain. Les médecins qui ont préféré rester en Algérie ne cessent de dénoncer leurs conditions de travail, le manque de considération, le manque de moyens et surtout une rémunération en deçà de leurs sacrifices, notamment en cette période de crise sanitaire.

Il faut aussi rappeler qu’au mois de juin dernier, le secrétaire d’Etat chargé de la communauté nationale et des compétences à l’étranger, Rachid Bladehane, avait annoncé la mise en place d’un portail électronique pour le recensement de ces experts. Le responsable avait indiqué que ses services avaient entamé les contacts avec des compétences installées en France, au Canada, aux Etats-Unis et dans d’autres pays étrangers. Neuf mois après cette annonce, rien de concret n’a été réalisé.

Lire aussi : L’Algérie fait appel à 25 000 experts de la diaspora