Les prix des véhicules d’occasion poursuivent leur hausse vertigineuse en Algérie. Les voitures proposées à la vente dans les marchés, sont évaluées à des prix déraisonnables. Cette tendance haussière s’explique par le manque criant de l’offre, en raison du blocage des importations et l’arrêt des usines d’assemblage.

Malgré l’annonce du retour à l’importation des véhicules neufs et la réouverture des marchés, une fois tous les 15 jours, les prix des voitures d’occasion ne cessent d’augmenter en raison notamment, d’une faible offre sur le marché.

Sur le site Ouedkniss, le plus grand site d’achat et vente en ligne en Algérie, les prix proposés pour des voitures d’occasion sont hallucinants. Une Suzuki Alto se négocie autour de 90 millions (900.000 dinars), une Peugeot 505 année 1992 (58 millions) ou une Golf 7 année 2019 à 625 millions (6,25 millions de dinars).

La semaine dernière, une vidéo tournée dans un marché de voitures à l’est du pays, illustre cette flambée incroyable des prix. Une Renault 19 datant de 1992, avec plus de 240.000 kilomètres au compteur, se négocie au-dessus de 920.000 dinars (92 millions de centimes), soit près de 6.000 euros (au taux officiel).

Ces derniers mois, les voitures d’occasion flambent dans une logique commerciale propre à l’Algérie où les usines de montage sont à l’arrêt tandis que l’importation est suspendue à une décision politique.

Pas d’importation de véhicules neufs avant des mois

Suite au scandale du montage automobile, le gouvernement algérien a décidé de revoir les textes réglementaires relatifs à l’importation et à la fabrication de voitures. Ces textes ont été promulgués en août 2020 et un nouveau processus de sélection des concessionnaires automobiles pour l’importation des véhicules neufs a été lancé en janvier 2021.

Pour le moment, sept autorisations temporaires ont été octroyées aux concessionnaires automobiles. Les bénéficiaires de ces agréments provisoires vont pouvoir entamer la dernière étape du processus, qui est celle de l’obtention de l’agrément définitif, avant de se lancer dans l’importation et la vente de véhicules neufs.

Mais le processus de l’importation devrait prendre encore des mois, selon des experts.  Les concessionnaires agréés devraient d’abord passer par plusieurs démarches avant de se lancer dans l’importation.