L’Armée algérienne (ANP) s’est violemment attaquée au régime marocain, l’accusant d’utiliser la drogue pour déstabiliser les pays voisins, notamment l’Algérie. Dans un langage direct, l’ANP accuse les autorités marocaines de faciliter l’acheminement de la drogue, assurant ainsi l’impunité aux narcotrafiquants qui inondent l’Algérie de tonnes de cannabis.

En effet, l’Armée algérienne n’a pas été tendre avec les voisins marocains dans son dernier communiqué, repris par l’APS et consacré à son bilan opérationnel. « Le régime marocain use de tous les moyens pour faire écouler et vendre ses drogues en dehors de ses frontières, et ce, en faisant fi de la sécurité et la stabilité des pays du voisinage », affirme l’ANP dans son communiqué.

L’armée algérienne dénonce, à ce titre, « l’impunité assurée par le régime du Makhzen aux narcotrafiquants et aux réseaux de narcotrafic ». Pour les rédacteurs du communiqué, le régime marocain vise à voiler ses échecs économiques en ces temps d’ébullition sociale.

Impunité accordée aux narcotrafiquants

Dans ce sens, l’ANP accuse gravement les pouvoirs publics du Maroc. « La pauvreté prend de l’ampleur au Maroc et le chômage s’installe de plus en plus parmi les jeunes. C’est pourquoi, le régime marocain ferme les yeux sur la contrebande et le narcotrafic. De surcroît, il encourage et motive ses éléments postés sur ses frontières pour faciliter l’acheminement des tonnes de drogues vers l’Algérie », accuse-t-elle sans fioriture.

L’Armée algérienne va plus loin dans ses accusations. « À cause de ses immuables positions envers les causes justes dans le monde et dans la région, l’Algérie est en ligne de mire des réseaux internationaux alliés avec des pays de la région dont les intentions politiques sont sournoises, avec à leur tête le régime du Makhzen », accuse encore l’ANP, estimant que les réseaux de narcotrafic ciblent clairement les jeunes Algériens.

Il importe de relever que le bilan dressé par l’Armée algérienne dans sa lutte contre la criminalité, notamment transfrontalière, fait état de la saisie de plus de 200 tonnes de kif traité, durant les quatre dernières années. Un chiffre qui fait peur surtout si on l’associe aux plus de six millions de comprimés psychotropes que les militaires algériens ont récupérés.

Lire aussi : Algérie : 16 tonnes de kif traité et 18 kilos de cocaïne parvenus du Maroc