Alors que l'Algérie a décidé de suspendre, à partir de ce lundi 1er mars, tous les vols de rapatriement vers le pays, plusieurs ressortissants algériens se sont retrouvés bloqués au niveau de l'aéroport de Paris, après n'avoir pas réussi à embarquer dans l'un des derniers vols de la compagnie aérienne Air Algérie.

Plusieurs familles algériennes, vivant en Grande-Bretagne, se sont retrouvées bloquées à l'aéroport de Paris depuis plusieurs jours après avoir été empêchées de se rendre en Algérie, via les vols de rapatriement de la compagnie Air Algérie. L'annonce de la suspension de tous les vols de rapatriement vers l'Algérie n'a fait que compliquer la situation de ces ressortissants algériens, au nombre de 21.

Bloqués à l'aéroport Charles de Gaulle, les Algériens, qui ont débarqué depuis l'aéroport britannique "Heathrow", ont demandé à rencontrer des responsables de la compagnie aérienne dans le but de trouver une solution à leur problème. Eux qui ont déjà obtenu des billets de la compagnie nationale pour se rendre en Algérie et effectué des tests négatifs de l'infection par le coronavirus.

Néanmoins, les personnes bloquées se sont rendues compte de l'absence totale de responsables de la compagnie Air Algérie, au milieu de la pagaille qui a régné à l'aéroport chez les voyageurs algériens pour obtenir des sièges lors des derniers vols d'évacuation.

À lire aussi :  Internet et téléphonie en Algérie : Voici les chiffres

Le député de l’émigration, Noreddine Belmeddah sollicite les hauts responsables algériens

Pour sa part, le député de l’émigration algérienne Noreddine Belmeddah a déploré l'état lamentable dans lequel se trouvent les membres de certaines familles algériennes arrivées de Grande-Bretagne dont des « enfants et des personnes âgées », qui « dorment dans l'aéroport » après qu'ils aient été « empêchés d’embarquer à bord des vols Air Algérie malgré leur possession d'un billet », écrit le parlementaire sur son compte Facebook.

Belmeddah a, en outre, indiqué avoir pris attache avec le ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum ainsi qu’avec le ministre du Tourisme Mohamed Boughazi afin de leur « demander d'intervenir pour permettre » aux Algériens bloqués à Paris de rentrer en Algérie, quitte à les mettre « en quarantaine dans un hôtel de la capitale si nécessaire et de refaire un test PCR à leur arrivée pour s'assurer qu'ils ne constituent pas une menace pour la santé publique ».

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=191363406080670&id=100856438464701

Lire aussi : Royal Air Maroc refuse l’embarquement à des Algériens sur un vol depuis les États-Unis