L’Institut Pasteur a confirmé, ce mercredi 3 mars, l’existence en Algérie de cinq nouveaux cas du variant britannique du coronavirus. En effet, selon la chaîne de télévision privée Echourouk TV, les tests effectués sur les cinq cas suspects se sont avérés positifs. 

Ainsi, elles sont, au total, sept personnes à avoir été contaminées par le variant britannique. Les deux premiers cas ont été signalés jeudi 25 février. Il s'agit d'une jeune femme travaillant comme infirmière au niveau de l’hôpital psychiatrique de Chéraga, à Alger, et d'un jeune homme, qui a effectué son test PCR au niveau de l’IPA. Ces sujets ont été aussitôt placés en isolation.

L’un des deux patients atteints du variant anglais du Covid-19 connaît une « rémission durable », avait affirmé le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), Faouzi Derrar, le 27 février dernier. Le deuxième patient, quant à lui, est soumis à un « suivi médical quotidien ».

Concernant ces nouveaux cas, le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie, Fawzi Derrar, a annoncé, le 28 février dernier, la détection de cinq cas suspects du variant du Covid-19 en Algérie. Ils ont été placés sous surveillance médicale. Leur contamination a été confirmée ce mercredi après les analyses effectuées par l'institut.

Le variant se propage plus rapidement

Le Dr Fawzi Derrar avait alors expliqué que le variant du Covid-19 avait « une capacité de propagation importante et rapide ». Il a également fait savoir que « le dépistage d’une personne contaminée par la nouvelle souche mutante du virus peut prendre jusqu’à 3 jours ».

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Par ailleurs, le membre du Comité scientifique de suivi de la pandémie de coronavirus Mohamed Bekkat Berkani a tenu à rassurer la population que les vaccins anti-Covid étaient efficaces contre le nouveau variant anglais. Le praticien a également expliqué que le variant anglais présentait les mêmes symptômes que la souche déjà connue en Algérie. Ce nouveau variant complique davantage la situation sanitaire en Algérie. Il a poussé les autorités à suspendre les vols de rapatriement pendant tout le mois de mars en cours.

Lire aussi: Le variant britannique détecté pour la première fois en Algérie