L'Algérie va continuer à utiliser le vaccin AstraZeneca. La professeure Loumi Nadjat, directrice du Centre national de pharmacovigilance et matériovigilance (CNPM), a fait savoir que la campagne de vaccination par le vaccin AstraZeneca allait se poursuivre, en dépit des mises en garde des spécialistes quant à son utilisation.

Bien qu'il soit déconseillé, le vaccin AstraZeneca sera encore utilisé en Algérie. Interrogé à ce propos, la directrice du Centre national de pharmacovigilance et matériovigilance (CNPM), Loumi Nadjat a indiqué que la vaccination avec AstraZeneca se poursuivrait en Algérie « La situation est sous surveillance et aucun cas présentant des effets secondaires graves et notamment de thrombose rénale n’a été détecté à ce jour », a soutenu la spécialiste au média francophone Le Soir d'Algérie.

Il est à noter que plusieurs pays ont annoncé la suspension de la vaccination anti-Covid par AstraZeneca. Et pour cause, des agences sanitaires ont enregistré au moins 30 cas de thrombose (formation de caillots sanguins dans une veine) parmi les personnes ayant reçu des doses de l'AstraZeneca, produit par le laboratoire anglo-suédois.

« Aucune complication enregistrée chez les personnes vaccinées par AstraZeneca en Algérie »

En Algérie, la Pr Loumi Nadjat indique que le CNPM n'a enregistré aucun cas lié à des complications similaires chez les personnes vaccinées par AstraZeneca. « Au niveau de notre centre, nous collectons les informations des 48 wilayas, les études sont lancées pour tous les effets secondaires qui risquent de survenir après la vaccination », a-t-elle assuré.

À lire aussi :  Internet et téléphonie en Algérie : Voici les chiffres

Néanmoins, la spécialiste se montre confiante et estime qu'il est encore tôt pour juger la qualité du vaccin AstraZeneca. « Même en France, où un seul cas de thrombose rénale est signalé, les études sont en cours pour déterminer si la patiente n’aurait pas d’antécédents, donc, il est prématuré d’affirmer que c’est à cause du vaccin », a-t-elle souligné.

Rappelons que le Pr Mostefa Khiati, président de la Fondation pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), avait appelé récemment, à suspendre la vaccination avec le vaccin AstraZeneca. Il a expliqué que l’Algérie devait attendre les résultats des études lancées notamment par l’Agence européenne du médicament (EMA) pour réutiliser ce vaccin, dont l'Algérie avait reçu, en février dernier, une première cargaison de 50 000 doses.

Lire également : Seulement 75 mille Algériens sont vaccinés contre le Covid-19