Alors que l'Algérie a enregistré un fort tremblement de terre au large de Bejaïa, le risque d'un tsunami est l'un des scénarios les plus redoutés par les spécialistes. Une éventualité qu'a cependant écartée Abdelhamid Afra, représentant national aux risques majeurs au niveau du ministère de l'Intérieur. 

Dans des déclarations accordées, ce jeudi 18 mars, à la télévision algérienne, le Dr Abdelhamid Afra, délégué national aux risques majeurs, a estimé que l'Algérie ne risquerait pas de vivre un raz-de-marée dans les heures qui viennent, après le tremblement de terre qui s'est produit dans les profondeurs de la mer, à Bejaïa.

Tout en soulignant qu'il est habituel qu'« un tremblement de terre en mer (soit) suivi d'un tsunami », le spécialiste explique que « la composition géologique de la région a réagi » lors de la secousse qui s'est déclenchée sur les côtes algériennes. Le représentant national pour les risques majeurs au ministère de l'Intérieur précise que « dans le cas où cela (tsunami) se produirait, la polarité de l'onde sismique se dirigera vers l'Europe est non pas vers l'Algérie. Donc, assure-t-il,  il n’y a pas de risque de tsunami » en Algérie.

Alerte au tsunami en France après le tremblement de terre de Bejaïa

C'est ce qui s'est d'ailleurs produit la nuit dernière, lorsque le tremblement de terre enregistré en mer, à 28 kilomètres au nord-est du cap Carbon, à Bejaïa, a engendré une alerte au tsunami à 700 kilomètres des côtes françaises. En effet, le directeur de la prévention des risques de la ville de Cannes, Yannick Ferrand, a indiqué dans un tweet que « le séisme en Algérie a généré une alerte jaune tsunami sur notre côte Méditerranéenne cette nuit vers 1h ». Et de préciser que l'alerte a pris fin à 4h25.

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

Rappelons qu'en 2003, le tremblement de terre qui avait frappé la wilaya côtière de Boumerdes avait également provoqué un tsunami sur les côtes espagnoles. Les vagues n'avaient cependant pas dépassé deux mètres.

Lire également : Séismes à répétition en Algérie : Les explications du CRAAG