La terre a de nouveau tremblé à Bejaïa. Une nouvelle secousse peu profonde, de magnitude 4.4 sur l’échelle ouverte de Richter, a frappé cette région de l’est de l’Algérie, dans la soirée de jeudi 18 mars, indique le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG).

Le tremblement de terre s’est produit à 17h21 (heure locale). L’épicentre du séisme a été localisé en mer, à 28 kilomètres au nord-est du cap Carbon, à Bejaïa, à une profondeur de 10 kilomètres. Soit au même endroit où le fort séisme de magnitude 5,9 a été enregistré dans la nuit de mercredi 17 à jeudi 18 mars.

A noter que l’Algérie vit depuis quelque temps au rythme de fréquentes secousses telluriques. Il ne se passe plus un mois sans que l’on enregistre un tremblement de terre dans une région ou une autre du pays. Durant les dernières 24 heures, pas moins de 12 tremblements de terre de différente intensité ont secoué le pays. A Ghardaïa, un séisme de magnitude 4,4 sur l’échelle de Richter, a été enregistré à 2 heures du matin. Mila a tremblé à minuit avec une magnitude de 4,3. Jijel à 1 heure du matin avec une magnitude de 3,9. Cette activité a connu le point culminant dans la wilaya de Bejaïa.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Pour le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), le phénomène est tout à fait normal et ne doit pas susciter de l’inquiétude. Les spécialistes rappellent que l’Algérie se trouve à la lisière des deux plaques (africaine et eurasienne), ajoutant que le nord du pays est traversé par des failles qui peuvent être sismogènes.