Les clubs de L1 et L2 françaises ont décidé de ne pas libérer leurs internationaux appelés à évoluer hors de l'Union européenne pendant la trêve de mars. Cette décision est un coup dur pour le sélectionneur national Djamel Belmadi qui devra composer sans ses joueurs évoluant en France.  

Mercredi 17 mars, la Ligue de football professionnel (LFP) a fait savoir que tous les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 françaises s'étaient sont mis d’accord pour ne pas libérer leurs internationaux non-européens, en raison d'une possible septaine sanitaire à leur retour. Cette annonce tombe tel un couperet sur le sélectionneur national Djamel Belmadi, à moins de dix jours du match Algérie - Zambie, comptant pour les qualifications à la CAN 2021.

L’équipe nationale d’Algérie sera, ainsi, privée officiellement des joueurs évoluant en France. Ils sont au moins 11 joueurs internationaux issus des championnats français. « En l’absence d’exonération de septaine pour les joueurs étrangers internationaux mis à disposition de leur équipe nationale et eu égard aux délais de réponse imposés par la réglementation internationale », les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 ont « décidé à l’unanimité ce mercredi 17 mars d’appliquer la circulaire FIFA du 5 février 2021 tenant compte des nombreuses restrictions de déplacement dans le monde », indique la LFP.

À lire aussi :  Entre l'Algérie et la France, Yacine Adli a tranché

Outre les joueurs évoluant en France, les internationaux algériens qui jouent en Angleterre et en Allemagne, comme Riyad Mahrez, Saïd Benrahma et Ramy Bensebaïni, pourraient aussi être empêchés par leurs clubs de rejoindre l’équipe nationale de football pour les mêmes raisons

Liste des internationaux algériens évoluant en France

Alexandre Oukidja et Farid Boulaya (FC Metz), Youcef Atal et Hicham Boudaoui (OGC Nice), Djamel Benlamri et Islam Slimani (Olympique Lyonnais), Mehdi Zerkane (Girondins Bordeaux), Haris Benlkebla (Stade Brestois), Andy Delort (Montpellier HSC), Karim Aribi et Zinedine Ferhat (Nîmes Olympique)

Il est à noter que la Fédération internationale de football association (FIFA) autorise, depuis le début de saison, les clubs à refuser la libération de leurs joueurs internationaux si ceux-ci sont contraints d’observer une période d’isolement de plus de cinq jours au retour de leurs sélections respectives.

Vers le report des matchs de mars ?

La décision des clubs européens de priver les sélections africaines de leurs internationaux pourrait contraindre la Confédération africaine de football (CAF) à reporter les matchs de fin mars, comptant pour les éliminatoires de la CAN 2022.

Si l’Algérie, qui a déjà assuré son billet qualificatif pour la Coupe d’Afrique 2022, prévue au Cameroun, peut faire sans ses joueurs évoluant en Europe, les sélections qui disputeront des rencontres décisives risquent de refuser de jouer ces matchs sans leurs meilleurs joueurs. Ce qui fait dire à certains que la haute instance footballistique en Afrique pourrait reporter les matchs prévus dans une dizaine de jours, comme cela a été le cas en Amérique du Sud et en Asie.