Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), l'autorité chargée de la régulation de l'audiovisuel en France, a infligé une sanction financière inédite à la chaîne CNews pour les propos d’Eric Zemmour sur les migrants mineurs. Le 29 septembre dernier, le chroniqueur de « Face à l'info » avait qualifié les jeunes migrants de « voleurs », « assassins » et « violeurs ».

Le CSA estime que les propos tenus par le polémiste Eric Zemmour sont « de nature à inciter la haine envers cette population, pour des raisons de nationalité » et « véhiculent de nombreux stéréotypes particulièrement infamants ». Le Conseil supérieur de l'audiovisuel indique que la chaîne du Groupe Canal+ a manqué à ses obligations lors de l’émission « Face à l’info » et devra payer une amende de 200 000 euros. C’est la première fois qu’une chaîne d’information en continu fait l’objet d’une sanction pécuniaire de la part de cette instance.

Au cours de l’émission du 29 septembre, l’écrivain et polémiste Eric Zemmour s’en était pris aux mineurs étrangers isolés : « Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont. Il faut les renvoyer », avait-il lâché.

Pour justifier l'importante amende infligée à la chaîne du Groupe Canal+, le CSA base sa décision sur une mise en demeure, prononcée fin 2019. C’était à la suite d’« insultes et propos haineux » d'Eric Zemmour contre l’islam et l’Algérie. Ce dernier, lors de l’émission « Face à l’Info » de la même chaîne, avait dit assumer les massacres du général Bugeaud en Algérie et avait invité les Français à en faire de même. Ainsi qu’à assumer l’histoire de la France.

À lire aussi :  Le Canada va faciliter la résidence permanente pour les médecins étrangers

C’est lors d’un débat avec le socialiste François Pupponi qu’Éric Zemmour avait dérapé : « Quand le Général Bugeaud arrive en Algérie. Il commence à massacrer les musulmans et même certains juifs. Eh bien moi, je suis aujourd’hui du côté du Général Bugeaud. C’est ça être Français », avait-il lâché lors d’une intervention sur le sentiment d’appartenance au peuple français.