Un sénateur a interpellé, dimanche 21 mars, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, à propos des ressortissants algériens bloqués à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, en France. Il s'agit de Abdelouahab Benzaïm qui a également saisi le ministre de l'Intérieur sur les cas des Algériens empêchés de rejoindre la France dans le cadre du regroupement familial.

« On a été destinataires de plusieurs requêtes des Algériens qui se trouvent bloqués au niveau de l'aéroport Charles-de-Gaulle sans que vos services ne bougent pour les rapatrier », fait savoir le sénateur dans sa missive. Et d'insister : « Il n'est pas logique de laisser nos enfants pendant 30 jours et plus dans un aéroport. Même s'ils ont fauté dans leur programmation, l'Etat doit les prendre en charge ».

« C’est en premier lieu un geste humanitaire »

Abdelouahab Benzaïm ne mâche pas ses mots pour défendre la cause de ces ressortissants algériens : « Même en période de guerre, les Nations unies interviennent pour imposer une trêve et un cessez-le-feu pour permettre le transfert des blessés, des morts, des familles et des réfugiés. C’est en premier lieu un geste humanitaire, et que dire quand il s’agit de citoyens algériens que l’État se doit de prendre en charge ? » a-t-il écrit à l'adresse du responsable du ministère des Affaires étrangères. Le sénateur appelle, pour conclure, le MAE à intervenir pour mettre fin au calvaire de ces Algériens qui n'a que trop duré.

À lire aussi :  Loi Darmanin : Quel avenir pour les migrants travaillant dans la restauration ?

Dans un autre registre, Benzaïm a soulevé, à travers un autre courrier adressé cette fois-ci au ministre de l'Intérieur, le problème des ressortissants algériens qui ne parviennent pas à rejoindre leur famille en France, faute d'autorisation. Pour le sénateur, il est impératif de mettre un terme à cette situation. Il exhorte ainsi le ministre à prendre les dispositions nécessaire afin de venir en aide à cette catégorie de personnes qui se retrouvent loin de leurs proches depuis plusieurs mois.