L’écrivaine égyptienne Nawal El-Saadawi est décédée ce dimanche 21 mars. La féministe s'est éteinte à l'âge de 89 ans en Egypte, selon le journal d’État Al-Ahram. Elle était une ardente défenseure de la lutte contre l'excision et pour le droit des femmes dans le monde.

Nawal El-Saadawi est une figure incontournable de la lutte pour les droits des femmes. Elle est l'auteure d'une cinquantaine d'ouvrages, traduits dans une trentaine de langues. La militante s'est toujours battue contre les archaïsmes. Elle s'est toujours prononcée contre la polygamie, le port du voile islamique, l'inégalité des droits de succession entre hommes et femmes en islam et surtout l'excision, qui concerne une grande partie des Égyptiennes.

Cette lutte lui a valu des menaces de mort dans son pays et dans le monde dit musulman. Elle avait quitté l'Egypte en 1993 à cause de ces menaces. Nawal El-Saadawi avait rejoint les États-Unis où elle était écrivaine en résidence pendant trois ans à l’université Duke, en Caroline du Nord.

La féministe a décidé de retourner en Egypte en 2005. Elle s'était lancée dans une campagne présidentielle avant d’abandonner la course. L’écrivaine avait alors assuré que les forces de sécurité l’empêchaient de conduire ses meetings électoraux.

Connue pour son franc-parler et ses positions audacieuses sur des sujets jugés tabous, elle a été accusée d'apostasie et d'atteinte à l'islam. En 2007, l’institution théologique Al-Azhar, l’une des plus prestigieuses de l’islam sunnite, a même porté plainte contre elle pour atteinte à l’islam. Un mois plus tôt, son autobiographie et l'une de ses pièces de théâtre avaient été bannies de la foire du Livre du Caire. Elle avait alors quitté le pays, avant d'y revenir en 2009.