L’entreprise publique algérienne de télécommunications, Algérie Télécom, a annoncé des changements dans ses offres Internet. Sur sa page Facebook officielle, l’opérateur public a fait état de la suppression de l’offre de 2 Mbps, remplacée par un débit minimal de 4 Mbps, et du passage des abonnés de 8 Mbps à 10 Mbps avec les mêmes tarifs.

Algérie Télécom a annoncé le lancement, depuis lundi 29 mars, de nouvelles offres à tous ses abonnés aux offres « Idoom ADSL» et « Idoom FIBRE». Ainsi, l’opérateur public a indiqué l’abandon officiel de l’offre de 2 Mbps. Le débit minimum de connexion à Internet en Algérie passe désormais à 4 Mbps pour tous les clients d’Algérie Télécom. L’entreprise publique indique que le tarif reste inchangé pour cette offre. Il est maintenu à 1 600 dinars le mois.

Par ailleurs, l’entreprise publique algérienne de télécommunications a indiqué que l’offre de 8 Mbps allait passer à 10 Mbps pour un abonnement mensuel de 2 599 dinars. Quant à l’offre de 20 Mbps, le débit reste inchangé, mais connaîtra une baisse de son prix, qui passera de 4 999 dinars à 3 999 dinars/le mois. Enfin, Algérie Télécom a indiqué que sa nouvelle offre de 100 Mbps, qui ne concerne que les abonnées de l’offre «IDOOM FIBRE», était désormais proposée à 7 999 dinars par mois.

https://www.facebook.com/AlgerieTelecom/posts/5516804985003809

Le débit minimum de connexion Internet doublé pour 2 millions d’Algériens

Ainsi, le débit minimum de connexion à Internet passe désormais de 2 à 4 Mbps. En février dernier, Algérie Télécom avait révélé que « les tests effectués sur le territoire national » lui avaient permis de constater une « nette amélioration chez la plupart des abonnés concernés ». L’entreprise publique avait indiqué que cette « opération de tests techniques » était un préambule au basculement, qui « permettra à près de 2 millions de ses clients dotés d’une connexion de 2 Mbps de monter à 4 Mbps ». Ce qui a officiellement été le cas depuis lundi 29 mars.

Il faut dire que cette augmentation du débit intervient au moment où les citoyens algériens se plaignent depuis plusieurs années de la très mauvaise qualité de leur connexion. L’Algérie est d’ailleurs classée parmi les pires pays au monde en matière de connexion Internet.

En janvier dernier, le ministre algérien de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar, a reconnu que « le débit minimum de 2 mégas, inchangé depuis 2018, reste insuffisant pour permettre une navigation aisée sur le Net ». Il a néanmoins annoncé que l’Algérie allait bientôt renforcer le débit minimum de connexion au cours de l’année en cours. « Le débit Internet minimum, qui est actuellement de 2 mégas, sera augmenté en Algérie, pour atteindre à court terme un débit de 4 à 8 mégas », avait-il promis.