La compagnie nationale Air Algérie risque de souffrir encore plus longtemps de la crise financière. Le transporteur aérien continue d’être privé de son réseau international et de ses vols de rapatriement dans le contexte de la fermeture prolongée des frontières.

Les hautes autorités du pays ne semblent pas pressées de rouvrir les frontières et une reprise des vols n’est apparemment pas leur priorité. Avec l’arrêt d’activité, la compagnie aérienne devrait durablement souffrir de la crise économique persistante, aggravée par les effets de la Covid-19. Et ce, en dépit d’une reprise annoncée des vols de rapatriement avant le mois de Ramadhan.

Des pertes colossales

Les perspectives à moyen terme apparaissent incertaines et préoccupantes, au vu des capacités qui devraient rester excédentaires dans le transport aérien, sur fond de déprime durable des voyages. La compagnie nationale enregistre des pertes colossales, alors qu’elle doit faire face en parallèle, à des charges incompressibles, pour la maintenance des avions, la location des sièges, les charges des fournisseurs et prestataires, et surtout les salaires.

En mars 2020, la trésorerie était aux alentours de 71 milliards de dinars, ce qui a permis à l’entreprise de tenir pendant les mois d’arrêt de travail. Mais faute de trafic à l’international, pourvoyeur de devises, l’argent commence à manquer dans les caisses.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Et ce n’est pas la reprise des vols domestiques depuis le 6 décembre 2020, à hauteur de 50% sur le réseau Nord et à 100% sur le Sud, qui serait en mesure  de renflouer la trésorerie d’Air Algérie. En temps ordinaire, le réseau domestique ne contribuait qu’à hauteur de 10% au chiffre d’affaires de la compagnie publique.

Du côté des pouvoirs publics, c’est le silence radio. Aucune aide directe de l’Etat n’est annoncée et le nouveau ministre des Travaux publics et des Transports n’a rien entrepris dans ce sens. Tandis que le PDG par intérim de la compagnie aérienne Amine Debaghine Mesraoua n’a pas aussi communiqué depuis sa nomination à ce poste, en janvier dernier.