Le ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière a lancé une alerte sur l'existence d'un médicament dangereux sur le marché en Algérie. Dans une correspondance adressée aux directeurs de la santé au niveau de toutes les wilayas, le département de Abderrahmane Benbouzid met en garde contre la circulation du médicament "Ivermectine".

Ce médicament introduit en Algérie à partir de l'Afrique du Sud est initialement destiné à un usage vétérinaire. Mais le ministère de la santé, par le biais de sa Direction générale de la prévention et de la promotion de la santé, affirme qu'il a été détourné pour le traitement de la covid-19.

"J'ai l'honneur de porter à votre connaissance, à titre d'alerte, le danger de la circulation sur le marché parallèle à partir de l'Afrique du Sud, d'un médicament dangereux appelé "Ivermectine", destiné initialement à un usage vétérinaire, et qui a été détourné vers un usage humain pour le traitement de la covid-19" alerte la Direction générale de la prévention et de la promotion de la santé (DGPPS) du ministère de la santé, dans sa correspondance.

A ce titre, la dangerosité de ce médicament est clairement signalée par l'expéditeur de la correspondance. "Dans un souci de préservation de la santé publique nationale, je vous demande de prendre toutes les dispositions pour mettre en place l'alerte nécessaire pour détecter la présence de ce médicament et la sensibilisation quant aux dangers de son utilisation" estime la DGPPS dans cette lettre signée par le Professeur Djamel Fourar qui se trouve être également porte-parole du comité scientifique de suivi de la pandémie de coronavirus.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Lire aussi : Pénurie de médicaments en Algérie : Le ministre accuse les « lobbys de l’importation »