L’acteur et humoriste franco-algérien Brahim Bouhlel risque jusqu'à 3 ans de prison au Maroc. Il est poursuivi par la justice marocaine pour la diffusion d'une vidéo dans laquelle il « humilie » les femmes et les enfants marocains, en compagnie d'un autre acteur franco-algérien, Hedi Bouchenafa en l'occurrence, et de l’influenceur franco-marocain Zbarbooking.

L’acteur franco-algérien Brahim Bouhlel est à l'origine d'une grosse polémique au Maroc. Une vidéo, tournée dans la ville marocaine de Marrakech et diffusée le 3 avril, a provoqué un tollé dans tout le royaume. Les images montrent le Franco-Algérien Brahim Bouhlel aux côtés du comédien franco-algérien Hedi Bouchenafa et l’influenceur franco-marocain Zbarbooking.

On y entend Brahim Bouhlel doubler les voix des deux autres hommes, en interprétant un personnage grossier qui met en avant l’accès présumé à des « filles faciles » pour 100 dirhams. Dans la vidéo, on voit également trois enfants marocains que Brahim Bouhlel désigne comme étant ses enfants supposément issus de l'une de ses nombreuses aventures au Maroc.

Grosse indignation au Maroc, Brahim Bouhlel s'excuse

La vidéo de l'acteur franco-algérien et de ses deux amis a rapidement fait le tour de la toile au Maroc. Les propos du trio n'a pas été du goût des Marocains qui ont exigé que les humoristes soient immédiatement punis pour avoir véhiculé des clichés « dégradants sur les femmes marocaines ».

À lire aussi :  Paris-Alger à pied : Le jeune algérien arrive bientôt en Tunisie

Voyant que la polémique enflait de plus en plus, l’acteur connu de la série française sur le rap « Validé » a tenu à présenter ses excuses à tous les Marocains. « Je souhaite présenter mes plus sincères excuses au peuple marocain. Ma volonté n’était autre que de me moquer des gens qui véhiculent ces clichés, c’était complètement parodique. Je jouais un personnage », a-t-il tenté d'expliquer sur son compte Instagram. Et d'ajouter : « J’essayais d’être drôle, mais je reconnais que je me suis profondément planté. J’aime profondément ce pays et ses habitants. Je suis effondré en prenant conscience du mal que j’ai fait. Je comprends à quel point mes propos sont graves et je vous demande sincèrement pardon ».

Une plainte déposée devant le procureur à Marrakech

Néanmoins, les excuses de l'acteur n'ont pas été suffisantes. Dans la journée de mardi, l’association du Club des avocats au Maroc a déposé plainte devant le procureur du roi à Marrakech. Une enquête a alors été diligentée. Ladite enquête a abouti à l’interpellation de Brahim Bouhlel en compagnie de l'influenceur franco-marocain Zbarbooking (le comédien franco-algérien Hedi Bouchenafa avait déjà quitté le Maroc quelques heures après la polémique) et à leur placement en garde à vue, après leur audition.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Le parquet général a retenu le 14 avril pour la première audience des mis en cause. L'acteur franc-algérien Brahim Bouhlel et ses compagnons risquent jusqu’à 3 ans de prison et une amende de 50 000 dirhams (plus de 40 000 euros). Ils sont poursuivis pour plusieurs chefs d’accusation, dont « incitation à la haine et à la discrimination », « diffamation » et « diffusion de vidéos de personnes sans leur consentement ».

Lire aussi : La police annonce l’arrestation d’un Marocain en plein Hirak à Alger