Le nouveau ministre de l'Industrie a pris la décision d'annuler les licences d'importation de véhicules accordées par son prédécesseur, Ferhat Aït Ali, à neuf concessionnaires, tout en apportant des modifications au cahier des charges régissant le secteur.

Selon les déclarations de l'ex-président de l’Association des concessionnaires automobiles multimarques (ACAM), Youcef Nebache, reprises, vendredi 9 avril, par l'Organisation algérienne pour la protection du consommateur (ONPC), « le ministre de l'Industrie Mohamed Bacha a pris la décision d'annuler les licences d'importation de véhicules accordées par son prédécesseur Ferhat Aït Ali à neuf concessionnaires ». La même source ajoute que le gouvernement est sur le point de finaliser plusieurs modifications au cahier des charges relatif à l’importation de véhicules neufs.

A ce propos, l'ancien président de l'ACAM, qui avait enclenché un bras de fer avec l'ex-ministre à propos de cette affaire de licences, a indiqué que les amendements qui seraient introduits dans le cahier des charges porteraient essentiellement sur les conditions d'éligibilité des concessionnaires du secteur de l’automobile. Selon ses dires, le nouveau cahier des charges n'obligera pas le concessionnaire à posséder un showroom pour l’exposition des voitures d'une superficie de 6 400 m² au minimum, comme cela est exigé dans le cahier des charges mis en place par les services de l'ancien ministre de l'Industrie.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Amendements au cahier des charges

L'autre amendement qui sera apporté concerne l’abrogation de l'article interdisant à des citoyens expatriés d’exercer l’activité d’importation de voitures, selon la même source. Une décision qui mettra certainement fin à la grande polémique suscitée chez de nombreux concessionnaires du secteur automobile en Algérie, au lendemain de la décision prise par l'ex-ministre de l'Industrie d'octroyer des licences d'importation de véhicules à neuf concessionnaires dans une totale opacité, selon de nombreux observateurs.

Pour rappel, le 15 février dernier, soit à moins d'une semaine de son éviction du gouvernement de Abdelaziz Djerad, dans le cadre d'un mini remaniement ministériel décidé par le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, l'ancien ministre de l'Industrie, Ferhat Aït Ali, avait annoncé l'octroi par ses services de licences d'importation de véhicules à neuf concessionnaires. Une décision qui avait engendré une levée de boucliers chez la majorité des concessionnaires du secteur, accusant l'ancien ministre de faire dans l'opacité et le favoritisme, surtout que l'identité des neuf concessionnaires n'a jamais été divulguée.

L' APOCE apporte de nouvelles clarifications

Suite à la diffusion de l'information, l'APOCE a tenu à apporter certaines clarifications dans une déclaration rendue publique ce samedi 10 avril. L'association affirme que l'information, qu'elle avait reprise et qui avait pris de l'ampleur dans les médias, a été rapportée par d'autres sources et non par l'APOCE. Cette dernière indique que, suite à la diffusion de la rumeur, des concessionnaires ont tenu à apporter un démenti. Ceux-ci affirment qu'ils n'ont pas été notifiés de cette décision par le ministère de l'Industrie. Ils assurent, de ce fait, que cette information est dénuée de tout fondement.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Lire aussi : Algérie: Le président de l’APOCE répond à Ferhat Aït Ali