Plusieurs bureaux de poste à Alger et ses banlieues ont cessé de travailler ce lundi 12 avril. Les travailleurs ont observé une grève surprise pour revendiquer des solutions à leurs problèmes socio-professionnels. Les usagers de la poste se sont retrouvés désemparés et désorientés face à ce mouvement de grève, déclenché à la veille du mois de ramadan. 

Ainsi, des clients d’Algérie Poste se sont retrouvés devant des guichets fermés ce matin. Les travailleurs ont décidé de débrayer dans plusieurs bureaux. Il s'agit notamment des bureaux de Rouiba, Belfort, El Harrach, Diar El Djamaâ, Sorecal et Cité 5 Juillet de Bab Ezzouar, Dely Brahim et Birkhadem. Les employés de la poste réclament la perception de leurs primes qu'ils revendiquent depuis plusieurs mois. Ils demandent aussi le payement du 13e mois et des primes individuelles et collectives ainsi que la rétribution des journées de travail durant le samedi et les week-ends.

Il faut dire qu'Algérie Poste traverse ces dernières années un profond malaise. Le secteur a connu plusieurs grèves sans que des solutions soient trouvées. Les travailleurs n'ont cessé de réclamer « la révision de la grille de salaires, des primes et des indemnités et la révision des critères de promotion horizontale et verticale ainsi que la consécration du principe d'égalité des chances dans l'accès aux postes supérieurs au niveau des entreprises relevant du secteur et l'intégration des travailleurs contractuels ».

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Ce débrayage, qui intervient à la veille du mois de ramadan, a pris de court les usagers de la poste. Ces derniers dénoncent le fait d'être pris en otage dans une conjoncture particulière. Beaucoup d'entre eux affirment que le moment est mal choisi, rappelant qu'ils subissent déjà de plein fouet la crise des liquidités.

Lire aussi : Algérie Poste : Le problème de manque de liquidités persiste