La portabilité des numéros de téléphonie mobile est désormais possible en Algérie. Un décret exécutif dans ce sens a été présenté mercredi au Conseil du gouvernement. L'abonné pourra donc changer d'opérateur de la téléphonie mobile avec la possibilité de conserver son ancien numéro. C’est ce qu’a indiqué un communiqué du ministère de la Poste et des Télécommunications, rendu public jeudi 15 avril.

Ainsi donc, avec l’entrée en vigueur de ce nouveau décret exécutif, les abonnées à l’un des trois opérateurs de téléphonie mobile, actuellement en service en Algérie, peuvent changer de puce et garder leur ancien numéro.

En effet, un client de Djezzy, Ooredoo ou Mobilis pourra basculer d’un opérateur vers un autre tout en gardant, s’il le souhaite, son numéro. Les opérateurs devront ainsi mutualiser leur infrastructure réseau, ce qui permettra d’avoir accès aux trois opérateurs depuis une même antenne relais.

Selon le ministère de la Poste et des Télécommunications, le décret exécutif relatif à la portabilité du numéro de téléphonie mobile « stimulera la concurrence entre les opérateurs en facilitant l’arbitrage des consommateurs entre leurs différentes prestations ». La portabilité du numéro vise également à « préserver les ressources en numérotation », explique le département de Brahim Boumzar.

« Stimuler la concurrence entre les opérateurs »

Selon les termes du nouveau décret, les usagers de la téléphonie mobile « ne seront plus dans l’obligation de changer de numérotation pour accéder aux offres présentées par les différents opérateurs sur le marché », ajoute le communiqué.

Ce nouveau décret n’est, en réalité, que la concrétisation des dispositions contenues dans la loi 18-04 datée du 10 mai 2018 qui fixe plusieurs règles relatives au secteur des télécommunications. La plus notable est sans doute celle qui donne droit à l’abonné de conserver le numéro de téléphone de sa ligne mobile lorsqu'il décide de changer d’opérateur.

Un « droit » qui a tardé à se concrétiser

Dans le détail, permettre au client de profiter de cette fonctionnalité revient à instaurer une itinérance nationale, très similaire à celle proposée aux voyageurs vers l’étranger. Ces derniers peuvent d’ailleurs continuer à utiliser le numéro de téléphone mobile acquis en Algérie sous la bannière d’un opérateur du pays de destination, mais sans que des frais supplémentaires ne s’appliquent.

En réalité, ce décret sur la portabilité du numéro de la téléphonie mobile n’est pas une révolution dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Bien au contraire, cette disposition a tardé à se concrétiser en Algérie, d’autant la portabilité du numéro constitue un droit fondamental qui a été consacré par la loi 18-04 du 10 mai 2018 relative aux communications électroniques.

Un droit réclamé par les Algériens depuis des années, surtout qu’il est déjà en vigueur dans la majorité des autres pays à travers le monde.

Lire aussi : Algérie : Le débit de la connexion Internet doublé pour 2 millions d’abonnés