L’espoir d’une reprise progressive des vols internationaux dès cet été déclenche une série de remises en route des pilotes, des équipages et des avions. Les compagnies aériennes se préparent à une reprise des activités, mais non sans contraintes.

La réouverture très probable des frontières aériennes en Europe dès cet été a ouvert des perspectives au retour à une saison estivale de 50 à 75 % de ce qu’était celle de 2019, selon les prévisions optimistes des transporteurs aériens. Mais après plus d’une année de sommeil, les avions ont besoin d'être révisés avant d'espérer redécoller. Les trajets en avion vont reprendre progressivement et les compagnies aériennes s'affairent à contrôler l'état de leurs appareils qui n'ont pas été utilisés depuis longtemps.

Les équipes techniques contrôlent minutieusement les avions, certains appareils n'ayant pas été utilisés pendant plusieurs mois. Les moteurs des réacteurs font l'objet d'un examen minutieux pour s'assurer qu'aucun oiseau n'y a fait son nid et que l'étanchéité est toujours intacte. Le cockpit requiert une attention particulière. La maintenance est un processus qui demande du temps. Ainsi, pour un avion qui s'apprête à décoller après plus d’un an sans vol, il aura fallu plus de 600 heures de maintenance et 45 techniciens en relai, en moyenne.

À lire aussi :  Métiers en tension : Vers la régularisation de « quelques milliers » de travailleurs par an

Les pilotes de ligne doivent maintenir leurs compétences

« Cloués au sol », comme leurs avions, les pilotes de ligne doivent maintenir leurs compétences pour pouvoir revoler. Un casse-tête alors que les formations et les simulateurs de vol sont à l'arrêt. Ainsi, selon des normes internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours. Chose compliquée quand la majorité des avions des compagnies aériennes sont restés immobilisés depuis des mois.

Les compagnies misent sur une reprise cet été

En pleine crise financière causée par la pandémie, les compagnies aériennes européennes misent sur une reprise des vols dès cet été, pour soulager leurs trésoreries. Les passagers sont appelés à réserver leurs billets en prévision de la saison estivale pour une offre de sièges représentant 70% à 100% de celle de l’été 2019.

Pour ce faire, les dirigeants du secteur aérien exhortent les gouvernements à harmoniser les règles de déplacement. Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, propose la mise en place du « certificat vert », un passeport sanitaire intra-européen, avant l’été pour sauver la saison touristique.

Pour sa part, la compagnie nationale Air Algérie a annoncé, le 29 mars, la mise à la disposition de ses clients d’un programme adapté en prévision de la reprise de ses vols. Air Algérie a indiqué que toutes les destinations étaient maintenues. La compagnie affirme qu’elle attend juste le feu vert des autorités pour reprendre ses vols.