Le polémiste Éric Zemmour est revenu à la charge au sujet de l’immigration algérienne en France. Dans une tribune parue vendredi dans Le Figaro, le chroniqueur controversé appelle le président français à annuler les mesures qui ont facilité l’immigration des Algériens en France.

Dans la tribune intitulée « Pourquoi l’Algérie n’a jamais voulu se réconcilier avec la France », Éric Zemmour s’est dit persuadé qu’entre l’Algérie et la France, « il n’y aura pas de réconciliation sur le modèle de Gaulle-Adenauer ». Car, croit-il savoir, « le conflit avec l’Algérie s’enchâsse dans un combat millénaire entre chrétienté et islam, une guerre de civilisations qui se réveille désormais sur [notre] propre sol ».

Éric Zemmour appelle à « annuler les innombrables mesures qui ont facilité l’immigration algérienne sur notre territoire. La diaspora algérienne est trop importante (6 millions, selon l’ambassadeur de ce pays, en France) et finit par donner un pouvoir exorbitant de pression à Alger sur Paris, comme Ankara agit sur Berlin grâce à la diaspora turque en Allemagne ».

La France a inventé l'Algérie

Pour le polémiste français, « on pourrait analyser le comportement algérien à la lumière d’une psychanalyse de bazar: c’est la France qui a inventé l’Algérie, son nom, ses frontières ; l’Algérie est devenue une nation par opposition à la puissance coloniale. Cette terre avait toujours été un point de conquête: Romains, Arabes, Espagnols, Ottomans. Mais les Algériens ne veulent se souvenir que de la colonisation française. De ses crimes, bien sûr, alors que c’est la seule qui a aussi laissé un héritage abondant (villes, routes, ponts, hôpitaux, etc.) ».

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Louant toujours les bienfaits de la colonisation, Éric Zemmour estime que « les accusations de génocide sont une aimable plaisanterie : quand les troupes de Charles X débarquent, la population locale s’élève à 2 millions. Quand les Français partent, en 1962, elle est de 10 millions. Et aujourd’hui, 40 millions ! » ironise-t-il.

Pour le polémiste controversé, « la haine antifrançaise se répand des deux côtés de la Méditerranée, parmi les manifestants du Hirak à Alger comme dans les banlieues françaises où les "Gaulois" sont vitupérés, voire agressés. Cette faiblesse française n’apaise rien: au contraire, elle excite le mépris et le ressentiment ».