Les citoyens algériens attendent avec impatience le retour à l’importation des véhicules neufs. Alors que le gouvernement continue d’apporter des modifications concernant les modalités d’exercice de l’activité des concessionnaires de véhicules neufs, la date exacte du début de cette opération n’est toujours pas connue. Selon des experts économiques, l’importation du premier véhicule en Algérie ne devrait pas intervenir avant le mois de septembre prochain.

Annoncée depuis plusieurs mois, la reprise de l’importation de véhicules neufs en Algérie se fait attendre. Les citoyens algériens s’interrogent et guettent la moindre information officielle à propos de la date de l’entrée du premier véhicule neuf en Algérie.

Interrogé à ce propos par le média arabophone El Bilad, l’expert économique Hamza Boughadi estime que l’opération devrait nécessiter quelques mois supplémentaires avant sa relance. « Si les choses se poursuivent à ce rythme, le premier véhicule neuf en Algérie sera importé dans 5 mois », a indiqué le spécialiste qui a souligné que cette période serait consacrée notamment aux dernières retouches concernant le volet technique ainsi que l’organisation des concessionnaires.

Interdiction d’acheter plus d’un véhicule tous les 3 ans : Ce qu’en pense l’expert

Sur un autre registre, Hamza Boughadi est revenu sur les dernières décisions de l’Etat algérien dans le dossier de l’importation de voitures neuves, notamment en ce qui concerne la limitation de la vente d’un seul véhicule par personne physique chaque 3 ans, à compter de la date à laquelle il a acquis le dernier véhicule. L’expert économique salue cette décision, considérant qu’elle va « fermer les portes aux spéculateurs qui font monter les prix » et qui étaient responsables de « la situation chaotique qui a caractérisé le marché ces dernières années ».

Pour rappel, le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, avait donné, dimanche 18 avril, des instructions au ministre de l’Industrie de limiter aux concessionnaires l’importation des véhicules dont la puissance maximale des moteurs ne dépasse pas 1.6 L de cylindrée. Néanmoins, cette décision ne concerne pas les particuliers qui auront la liberté d’importer des voitures dépassant cette capacité. Il sera également demandé aux importateurs d’allouer une part de 15% du total des voitures importées aux véhicules électriques, et de veiller à ce que l’importation des voitures diesel soit réduite au maximum.

Lire aussi : Importation des voitures neuves en Algérie : Faut-il supprimer le système des quotas ?