Un nouvel appel pour la réouverture des frontières et la reprise des liaisons aériennes a été lancé, ce mardi 20 avril, aux autorités algériennes. Des associations et collectifs, regroupés sous la Coordination des associations de la société civile de l’immigration algérienne et des cadres algériens à l’étranger et en Algérie, ont interpellé le chef de l'Etat à cet effet. 

« Bien que les conditions sanitaires ne soient toujours pas idéales, surtout en France ces temps-ci ; la vaccination pour certains, les tests PCR pour tous, voire une période de septaine, permettent les déplacements entre de nombreux pays. Surtout, la majorité des nations, même si elles excluent le tourisme, autorisent leurs ressortissants, enfants du pays, à rentrer dans leur pays, même s’ils résident à l’étranger », écrit la coordination dans sa lettre adressée à Abdelmadjid Tebboune. 

« Nous vous implorons donc, Monsieur le président, d’autoriser vos concitoyens de l’étranger à renter dans leur pays. Vos équipes seront certainement aptes à éditer des règles sanitaires (tests, isolement…) qui permettront ces voyages en toute sécurité et qui seront acceptées de bon cœur par tous », poursuit-elle.

« Nous vous implorons, M. le président... »

Les signataires de cette missive, cités par le site Tout sur l'Algérie (TSA), font un accablant et saisissant constat sur la situation. « L’effroyable pandémie qui a touché l’ensemble de la population mondiale (…) elle a obligé des hommes, des femmes et des enfants à une séparation qui ne trouve pas de fin. C’est le cas de très nombreux Algériens qui vivent en France et à l’étranger et n’ont pas pu rentrer dans leur pays, revoir les leurs, serrer leurs enfants dans leurs bras », soulignent-ils.

Ils estiment, par ailleurs, que la reprise des vols va s'avérer salutaire pour la compagnie aérienne Air Algérie. Les rédacteurs de la lettre espèrent que leur appel trouvera un écho favorable auprès du chef de l'Etat. « Plus que tout autre, vous-même (Abdelmadjid Tebboune, ndlr) qui avez souffert de cette maladie qui vous a obligé à l’éloignement, nous sommes sûrs que vous n’aviez qu’une hâte : retrouver votre cher pays et votre famille », concluent-ils.

Lire aussi Algérie : Nouvel appel pour la réouverture des frontières