Les pensions de retraite vont être augmentées en Algérie. Le quotidien francophone algérien Le Jeune Indépendant qui donne l'information, a indiqué que le ministère de l’Emploi, du travail et de la sécurité sociale a indiqué que les pensions des retraités seraient revalorisées, à compter du début du mois prochain à des taux pouvant atteindre les 6 %.

L'Algérie, qui compte plus de 3,2 millions de retraités, a décidé de revaloriser les pensions de retraite, à partir du 1er mai prochain. Selon la même source, c'est le conseil administratif du ministère de l’Emploi, du travail et de la sécurité sociale qui a pris cette décision lors sa dernière réunion tenue mardi dernier. On apprend également que les membres du même conseil ont décidé d'appliquer ces augmentations selon des taux variables, qui tiendront compte du montant total des pensions de retraite et qui varient entre 1,5 et 6 %.

Les hausses vont toucher particulièrement les pensions et retraites les plus faibles. Ainsi, l’augmentation de 6 % concernera les pensions et les retraites inférieures ou égales à 20 000 dinars. Tandis qu’une augmentation de 3% a été approuvée pour celles situées entre 20 000 dinars 40 000 dinars. Le gouvernement a aussi décidé de valoriser les pensions de retraite supérieures à 50 000 dinars et égales à 60.000 dinars à un taux de 2,5 % et de 2 % pour les pensions allant de 60 000 à 80 000 dinars. Enfin, les retraités dont les pensions dépassent les 80 000 dinars bénéficieront d'une augmentation de 1,5 %, selon la même source.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

Rappelons qu'en décembre 2020, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale El Hachemi Djaâboub avait indiqué que la Caisse nationale des retraités (CNR) traversait une crise sans précédent. En mars 2020, le gouvernement avait estimé le déficit de la CNR à 601,11 milliards de dinars en 2019. Il avait révélé que ce déficit atteindrait 1 093,4 milliards de dinars à l’horizon 2030.

Lire aussi : À quel âge peut-on partir à la retraite en Algérie ? Le directeur de la CNR répond