La Direction des transports de la wilaya de Blida a décidé de suspendre l'activité des « taxis roses », rapportent plusieurs médias locaux. Lancé il y a quelques jours à Blida, ce service de transport, dédié exclusivement aux femmes, a fait un grand bruit sur les réseaux sociaux.

Le premier service en Algérie de taxis réservés exclusivement aux femmes, lancé dans la wilaya de Blida, a été interdit de poursuivre son activité. La Direction des transports de cette wilaya a, en effet, décidé d'interrompre cette activité, au motif que la cheffe du projet ne dispose pas de permis taxi. Cette dernière a affirmé avoir investi dans le cadre d'une start-up avec un registre du commerce, tout comme d'autres services de transport similaires, lancés dans la capitale Alger.

Il est à rappeler que le projet « Moov Services » a été lancé le 18 avril dernier dans la wilaya de Blida. Il s'agit du premier projet VTC (Voiture de transport avec chauffeur) réservé uniquement à la gent féminine, avec des voitures de couleur rose et des chauffeurs femmes.

Le lancement du taxi rose fait un grand bruit en Algérie

Il faut dire que le lancement de ce projet a fait naître un long et houleux débat sur les réseaux sociaux. Les internautes sont divisés entre ceux qui saluent cette initiative qui évite, selon eux « aux femmes les harcèlements quotidiens dans les transports habituels », et d'autres qui considèrent que ce projet donne une mauvaise image de l'Algérie.

Pour mettre un terme à la controverse, la fondatrice de cette mini-entreprise, Leila Zeroual, a indiqué au micro de la chaîne Ennahar que cette « start-up vise à procurer un transport sûr aux femmes et aux familles », notamment « dans une société conservatrice comme celle de Blida ».

Lire aussi : Le Maroc déclare « illégale » l’application algérienne Yassir