Après sa condamnation à trois ans de prison par le tribunal de Sidi M'hamed, l'islamologue algérien Saïd Djabelkhir fait face une nouvelle fois à des menaces de mort. C'est ce qu'il a révélé, ce lundi 26 avril, à l'AFP. L'universitaire a déclaré à l'agence d'information française « ne plus se sentir en sécurité ».

« J'ai reçu des messages me menaçant et me disant : nous attendons ton arrivée en prison pour te régler ton compte », a-t-il déclaré à la même source. Il explique : « Depuis le dépôt de la plainte contre moi en janvier 2020, je reçois régulièrement sur ma messagerie privée, sur Facebook, des messages contenant des menaces directes de mort ». Il précise que les messages qu'il reçoit sont parfois « accompagnés de sa photo et de son adresse » appelant « à le décapiter, à l'égorger ou le lapider ».

Saïd Djabelkhir alerte les autorités sur les dangers qu'il encourt. « S'il m'arrive quelque chose, chacun assumera la responsabilité qui lui incombe », a-t-il averti. Il annonce également que suite à ces menaces, son avocat prévoit de déposer plainte incessamment.

Nouvelles menaces de mort

Il faut signaler que ce n'est pas la première fois que Saïd Djabelkhir, condamné, jeudi 22 avril, à trois ans de prison sans mandat dépôt pour « atteinte aux préceptes de l’islam », subit ce genre de menaces. En mai 2019 déjà, l'islamologue a été victime d'une campagne de dénigrement et de menaces de mort, suite à ses déclarations sur le jeûne du ramadan. A l'époque, un internaute résidant aux Etats-Unis avait divulgué l'adresse de l'islamologue et appelé à sa liquidation.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Les appels au meurtre ont été aussi relayés par la page Facebook Boufarik City. Les administrateurs de cette plate-forme ont proféré de sérieuses menaces contre l'islamologue. Ils ont même donné son adresse à d'« éventuels individus qui seraient intéressés de passer à l'acte ». « Il faut s’en occuper aujourd’hui avant demain », avait lancé l’administrateur à l’adresse des habitants de Boufarik.

Lire aussi : Affaire Saïd Djabelkhir : Cette condamnation n’est qu’un début, selon Kamel Daoud

https://www.youtube.com/watch?v=Wzwxvm97Nl0