Il y a du nouveau dans le projet du stade 50 000 places de Tizi Ouzou, en Kabylie. Les travaux qui restent du projet, implanté près du village Boukhalfa, à environ 5 kilomètres à l’ouest du chef-lieu de wilaya, seront confiés à l’entreprise publique Cosider, et ce, par la procédure de gré à gré dans le but vraisemblablement d’accélérer la procédure.

En effet, la Direction de la jeunesse et des sports (DJS) aurait décidé d’opter pour la procédure du gré à gré pour poursuivre les travaux restants. La DJS a jeté son dévolu sur l’entreprise publique Cosider pour relancer les 15 à 20 % des travaux qui restent à accomplir.

La procédure devra durer quelques jours seulement. Il est vraisemblablement question pour Cosider de reconduire la sous-traitance de l’entreprise turque, MAPA. La même qui sous-traitait avec le groupe privé ETRHB-Haddad, avant l’emprisonnement de Ali Haddad, le patron, et le début des tourments que l’entreprise privée connaît.

Plusieurs structures restent à réaliser

Il faut dire que ce qu’il reste à réaliser compte plusieurs structures entrant dans le cadre de cette infrastructure sportive d’envergure. Il s’agit, entre autres, d’un terrain d’honneur en gazon air-fibr, la piste d’athlétisme, le terrain de réplique, le gazon du terrain d’athlétisme, un parking, la voirie, le système de vidéo-surveillance, les sièges et la signalisation.

Pour rappel, l’immense retard pris par le projet du stade de 50 000 a fait dire à beaucoup que les pouvoirs publics retardaient délibérément le projet de Tizi Ouzou. Pour des raisons extra-économiques et extra-sportives. Il faut dire que l’inscription de ce projet d’envergure date de février 2005, alors que le maître de l’ouvrage a signé l’ODS de démarrage en mai 2010.

Immense retard…

Le retard dans la procédure administrative s’est poursuivi même après le lancement des travaux. D’ailleurs, au lancement, le délai de réalisation était de 34 mois, avant qu’il ne passe à 77 mois avec les différents avenants et glissements de délais. En effet, le projet a connu plusieurs arrêts dont le dernier date de mai 2019. Et si Haddad était le « principal » réalisateur depuis le début, les Turcs de MAPA avaient succédé aux Espagnols de FC Contruccion, avec lesquels le courant ne passait plus.

Enfin, il n’est pas inutile de rappeler que le projet de ce complexe omnisports destiné au club de la JS Kabylie a déjà englouti une somme faramineuse. Il en engloutira encore, selon les prévisions des autorités et des spécialistes. Il a déjà consommé 32 milliards de dinars, selon le maître de l’ouvrage qui estime à 12 milliards de dinars le coût des travaux restants.

Lire aussi : Nouveau stade de Tizi Ouzou : Surcoût, retard et blocage !