L'Espagne est en phase d'être dépassée par le phénomène d'immigration clandestine. Elle occupe la première place des pays d'accueil dans l'espace européen. Sa situation géographique fait d'elle une destination de transit pour les immigrés clandestins venant essentiellement d'Algérie et du Maroc. Rien qu'en ces dernières 48 heures, plus de 30 embarcations de harraga sont arrivées sur les côtes d’Almeria, selon le journal espagnol Okdiario.

Ainsi, l'Espagne connaît un afflux sans précédent de harraga. Bon nombre de candidats à l'exil optent pour les côtes d’Almeria. Selon l'expert en politique migratoire Ruben Pulido, les chiffres d'immigrés clandestins qui arrivent sur ces côtes ibériques dépassent la moyenne. Il a évoqué « une hausse assez notable par rapport aux données des dernières années ». Ruben Pulido alerte sur la croissance de ce phénomène et affirme que les prochains mois « pourraient (les) mettre face à la pire vague d’immigration illégale des dix dernières années ».

L'expert explique que le nombre de clandestins qui accostent sur les côtes espagnoles dépassent largement les chiffres communiqués officiellement. Il fait remarquer que les embarcations qui n’ont pas été interceptées par les garde-côtes espagnols ne sont pas comptabilisées.

Ruben Pulido a souligné l’insuffisance des effectifs des services de sécurité espagnols face à l’arrivée des embarcations d’immigrés clandestins en provenance, particulièrement, des côtes ouest de l’Algérie. Ainsi, les harraga algériens prennent le large à bord d'embarcations de fortune, notamment à partir des plages d’Oran, Ténès (Chlef), Mostaganem, Aïn Témouchent et Tlemcen. Mais le point géographique le plus proche d’Almeria reste encore Cap Falcon.

Une aubaine pour l'Espagne

Il faut dire que ce phénomène, qui a largement reculé au début de la révolte populaire du 22 février 2019, a repris de plus belle en Algérie. Il constitue, pour les réseaux mafieux très puissants et organisés, une importante ressource financière. L'exploitation de cette émigration est telle que les mafias considèrent « le candidat à l'émigration comme une vulgaire marchandise sur laquelle elles feront le maximum de profit ».

Il faut souligner également que cette immigration clandestine est utile pour l'Espagne. Elle fournit une main-d'œuvre nécessaire pour les immenses exploitations agricoles. Ces immigrés, qui représentent une aubaine pour les autorités espagnoles, travaillent principalement dans l'agriculture, mais aussi dans la construction, les services domestiques et l'hôtellerie.

Lire aussi : Immigration clandestine : Deux footballeurs algériens parmi les Harraga

https://www.youtube.com/watch?v=RRqoHQ_JjZ8