La Tunisie a réceptionné, lundi 10 mai, une grande quantité d'oxygène destiné à ses établissements hospitaliers qui font face à la propagation de la pandémie de coronavirus avec ses différents variants. Selon le ministre tunisien de la santé, cité l'agence TAP, il est question de 7 camions d'oxygène réceptionnés au poste frontalier de Bouchebka, dans le gouvernorat de Kasserine.

Le même ministre de la Santé, Faouzi Mehdi qui a assisté à la réception du convoi, n'a pas omis de préciser que l'Algérie a remis la quantité exacte de 140 000 litres de cet oxygène vital pour sauver les vies des personnes contaminées par le Covid-19.

D'ailleurs, il n'a pas manqué non plus de remercier l'Algérie, « peuple et gouvernement » pour son soutien à la Tunisie, en cette période critique. Notamment, avec la hausse continue du nombre de personnes contaminées nécessitant la mise sous oxygène. Pour cela, Faouzi Mehdi a aussi montré son inquiétude.

L'Algérie a potentiellement permis à la Tunisie d'échapper à une grosse catastrophe

« La situation épidémique actuelle dans le pays est encore grave et peut s’aggraver davantage et être suivie par une quatrième vague avec l’apparition du variant sud-africain mais aussi à cause du non-respect des précautions sanitaires préventives par les citoyens et des exigences du protocole sanitaire lors du confinement total », a-t-il estimé dans un ton assez grave.

Pour exprimer sa gratitude à l'Algérie, le ministre tunisien de la Santé n'y est pas allé par quatre chemins. « L'Algérie a [potentiellement] permis à la Tunisie d'échapper à une grosse catastrophe », a-t-il déclaré devant ceux qui ont assisté à la réception des sept camions transportant l'oxygène en question.

La crise sanitaire liée au coronavirus semble s'aggraver en Tunisie. Les contaminations ont explosé au point que la consommation de l'oxygène a dépassé de près de 70 % la production nationale. C'est pour cela que les voisins de l'est ont fait appel à l'Algérie pour leur porter aide et assistance. Surtout que la situation risque d'empirer.

Lire aussi : Pénurie d’oxygène : L’Algérie vient à la rescousse de la Tunisie