Le phénomène de l’immigration clandestine prend des proportions alarmantes, notamment en Algérie où le nombre de migrants vers l’Europe ne cesse d’augmenter. En effet, selon les chiffres du Haut commissariat aux réfugiés (HCR), en l’espace de quatre mois seulement, ce sont pas moins de 10.000 Algériens qui ont réussi à rejoindre les côtes européennes. Ils seraient donc 2.000 "harraga" algériens, en moyenne, à accoster chaque mois sur les rives européennes, notamment l’Espagne et l’Italie,  à bord de leurs embarcations de fortune.     

Ainsi, pas moins de 9.500 Algériens sont arrivés sur les côtes européennes de la période allant de janvier jusqu’à  la fin du mois d’avril dernier, selon les chiffres du Haut commissariat aux réfugiés (HCR). Si l’on ajoute à ces chiffres du HCR ceux du mois de mai et ceux des Algériens qui seraient partis en Espagne ces deux dernières semaines, le nombre total d’Algériens arrivés sur les côtes européennes dépasserait les 10.000 migrants.

En effet, le 9 mai dernier, le journal espagnol Okdiario rapportait qu’en 48 heures, pas moins de 30 embarcations clandestines, en provenance d’Algérie, ont été interceptées sur les côtes d’Almeria. Au moins 150 personnes étaient à bord de ces barques de fortune. « Les prévisions pour les mois à venir sont désastreuses et pourraient nous placer face à la pire vague d'immigration clandestine de ces 10 dernières années », s’inquiète Ruben Pulido, expert en politique migratoire, cité par le média espagnol. Selon les spécialistes, les harraga algériens prennent le large à bord d’embarcations de fortune, notamment à partir des plages d’Oran, Tenes (Chlef), Mostaganem, Aïn Temouchent et Tlemcen. Mais le point géographique le plus proche d’Almeria reste encore Cap Falcon.

À lire aussi :  Voici le nombre d'étudiants algériens inscrits en France cette année

Les côtes espagnoles prises d’assaut

Selon l’agence européenne Frontex, le contingent de migrants illégaux algériens ayant effectué la traversée vers  l’Espagne représente 71% du nombre total de traversées enregistrées, tandis que 29% sont en provenance du Maroc, représentant 357 migrants de ce pays. Au total, 1.234 arrivées ont été enregistrées en Espagne par voie maritime jusqu’à fin février 2021, indique Frontex, représentant une baisse de 47% par rapport à la même période en 2020. L’Espagne et l’Italie ont connu, l’année dernière, une ruée des migrants clandestins algériens. Selon les autorités espagnoles, 10.930 harraga algériens sont arrivés sur le sol espagnol en 2020, un chiffre qui a quasiment triplé par rapport à 2019 où il état estimé à 3.559.

De son côté, le ministère italien de l’intérieur a fait savoir qu’entre le 1er janvier et le 24 décembre 2020, 1.458 harraga algériens ont rejoint l’Italie. Il faut dire que le phénomène de l’immigration clandestine qui a repris de plus belle en Algérie, constitue, pour les réseaux mafieux très puissants et organisés, une importante ressource financière. L’exploitation de ce phénomène est telle que les mafias considèrent « le candidat à l’émigration comme une vulgaire marchandise sur laquelle elles feront le maximum de profit ».

À lire aussi :  Tenues islamiques dans les écoles : des comportements « provocateurs » et « irresponsables »

lire aussi : 30 embarcations de harraga arrivées sur les côtes espagnoles en 48 heures