L’engagement de la défunte avocate, Gisèle Halimi, durant la guerre d’Algérie compromet son entrée au Panthéon. Ainsi, l’engagement de la militante féministe et anticolonialiste pourrait conduire le président français, Emmanuel Macron, à renoncer à sa "panthéonisation" rapporte France Inter.

Selon la même source, le Président français, Emmanuel Macron, pourrait renoncer à l’initiative de faire entrer la dépouille de la militante féministe et défenseure invétérée des droits humains, Gisèle Halimi, au Panthéon. Les raisons qui motiveraient une telle décision seraient l’engagement de la militante anticolonialiste durant la guerre d’Algérie.

Les militantes féministes s’insurgent

Les militantes féministes s’insurgent contre le président français, Emmanuel Macron, qui hésiterait à faire entrer, Gisèle Halimi, au Panthéon. Malgré son engagement durtant la guerre d’Algérie qui compromettrait son entrée, sa "panthéonisation" devait pourtant être évidente pour les militantes féministes. La célèbre avocate, Gisèle Halimi, a effet, marqué l’Histoire de la France, défendent-elles.

Face aux réactions qui continuent d’affluer de toute part, l’Elysée a fini par réagir en soutenant : « La réflexion est en cours. C'est une décision qui exige que de nombreuses parties prenantes soient consultées. Auprès des acteurs, témoins ou dépositaires de tous les combats où Gisèle Halimi s'est engagée ».

De son côté, la ministre chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Elisabeth Moreno, a assuré qu’elle était en faveur de l’entrée au Panthéon de Gisèle Halimi. Cette dernière a qualifié la militante féministe de « rebelle obstinée qui a marqué l'histoire du féminisme et de notre pays ». La ministre a poursuivi en ajoutant : « Je reste déterminée dans cet objectif, même si je sais que les processus de panthéonisation peuvent être longs et complexes car ils nécessitent dialogue et consensus ».

À lire aussi :  Une mosquée salafiste visée par une procédure de fermeture à Obernai

Lire aussi : France : Les femmes et les filles de harkis s’opposent à la panthéonisation de Gisèle Halimi