La valeur de l’euro a connu une légère hausse par rapport au dinar algérien. En effet, après quelques semaines de stabilité, la monnaie européenne semble reprendre sa tendance haussière, notamment à la suite de l'annonce de la réouverture prochaine des frontières algériennes. Sur le marché officiel, le dinar algérien a également enregistré une nouvelle baisse face à l'euro.

En effet, en ce mardi 18 mai, la monnaie européenne s’échangeait à 210 dinars pour un euro à la vente contre 208 dinars algériens à l’achat. Ainsi, le dinar algérien enregistre un dinar de moins qu’il y a 3 jours. De son côté, le dollar américain est resté plutôt stable. En effet, un dollar était acheté à 176 dinars à l’achat, tandis qu’il était vendu à 179 dinars.

Ce mardi toujours, la livre sterling a connu une nette hausse. Elle vaut 232 dinars à l’achat et 236 dinars à la vente. Le franc suisse s’est échangé à 183 dinars à l’achat et à 187 dinars à la vente. Enfin, le dollar canadien s’est échangé à 129 dinars à l’achat et à 133 dinars à la vente sur les principaux marchés parallèles en Algérie, à l’instar du Square Port-Saïd, à Alger.

Il faut dire que le marché noir des devises en Algérie connaît une certaine léthargie depuis plusieurs semaines. Néanmoins, la décision des hautes autorités algériennes de rouvrir partiellement les frontières dès le 1er juin prochain, va certainement redynamiser le marché informel, où il est attendu que les taux de change de l'euro connaissent des hausses considérables face à la monnaie locale.

Nouvelle baisse du dinar algérien face à l’euro sur le marché officiel

Dans le circuit officiel, les cours du dinar algérien connaissent une baisse face aux monnaies étrangères. Selon les chiffres de la Banque d’Algérie de mardi 18 mai, l’euro s’échangeait à 162,53 dinars à l’achat et à 162,57 dinars à la vente. En revanche, le dollar américain a amorcé une légère baisse face à la monnaie locale. La monnaie US vaut désormais 133,37 dinars à l’achat et 133,39 dinars à la vente, selon la même institution financière.

Il faut signaler que ces taux ne sont valables que pour les transactions officielles de la Banque d’Algérie. Ils répondent à la volonté politique de déprécier la valeur du dinar afin de juguler le déficit budgétaire de l’Etat.