La Cour de la wilaya d'Adrar a fait part, dans un communiqué rendu public ce mercredi 19 mai, de l'arrestation de deux individus soupçonnés d'être impliqués dans l'agression d'un groupe d'enseignantes dans leur domicile collectif à Bord Badji-Mokhtar. L'affaire a provoqué une grosse vague d'indignation dans toute l'Algérie.

Ainsi, le parquet près la Cour d'Adrar a indiqué, dans un communiqué diffusé ce mercredi, que « suite à l'agression de neuf enseignantes dans un logement à Bordj Badji Mokhtar le 18 mai 2021 », le procureur du tribunal de la même wilaya « a chargé la police judiciaire de mener une enquête approfondie sur l’affaire pour l’arrestation immédiate des suspects, par tous les moyens légaux ».

La même source a révélé que les premiers éléments de l'enquête « ont abouti à l’arrestation de deux suspects que les victimes ont reconnus ». En attendant la suite des procédures en cours, le parquet au tribunal d’Adrar ajoute qu'il « s’attèlera d’informer l’opinion publique des résultats de l’enquête et des mesures prises en temps opportun ».

Les enseignants ne décolèrent pas

Pour rappel, dans la nuit de lundi à mardi, neuf enseignantes ont été sauvagement prises à partie par des inconnus dans leur logement de fonction, sis à Bordj Badji Mokhtar, à l'extrême sud de l'Algérie. Les agresseurs qui ont forcé la porte de l'appartement, où se trouvait aussi un bébé, ont volé de l'argent et plusieurs objets de valeur dont des téléphones et des ordinateurs portables qui appartenaient aux maîtresses d'école. Ces dernières n'ont pas pu échapper au châtiment des cambrioleurs qui ont aussi frappé et violé plusieurs d'entre-elles. Victimes de différentes blessures, les enseignantes se trouvent toujours à l'hôpital, dans un état psychologique très perturbé.

À lire aussi :  Internet et téléphonie en Algérie : Voici les chiffres

Ce grave incident a provoqué une grosse colère chez le corps enseignant de la ville de Bordj Badji Mokhtar qui a décidé d'entamer un mouvement de grève associé à des mouvements de protestation devant la direction d'Education de la wilaya d'Adrar. Réclamant que justice soit faite dans cette affaire, les employés de l'Education nationale exigent que les conditions soient améliorées pour reprendre le travail. Notons également que le drame a suscité une vive indignation sur les réseaux sociaux en Algérie. Choqués par l'incident, plusieurs internautes ont exprimé leur vœu de voir les auteurs de cet acte ignoble punis.