Le secteur aérien entame une reprise progressive de son activité. Selon les prévisions de l’Association du transport aérien international (IATA), le trafic aérien mondial va doubler d'ici 2039. Toutefois, il ne retrouvera pas son niveau d’avant crise avant 2023.

La crise sanitaire du coronavirus, a fortement impacté le secteur aérien mondial, qui a enregistré une baisse drastique du nombre de passagers et de son chiffre d’affaires.

La fermeture des frontières a empêché les déplacements entre les différents pays et continents. Depuis quelques semaines, le trafic aérien mondial commence à reprendre et l’IATA envisage même que celui-ci va doubler d'ici 2039. Néanmoins, selon ses experts, le secteur aérien ne retrouvera pas son niveau d’avant crise avant 2023.

L’association prévoit ainsi que la fréquentation mondiale va presque doubler, passant alors de 4,5 milliards de passagers en 2019 à près de 8,5 milliards en 2039. Ce qui représente pourtant un milliard de moins de passagers que prévu par l’IATA avant le début de la pandémie.

Pour les deux décennies à venir, l’IATA prévoit une hausse significative de la demande dans les économies en développement d’Asie et du Moyen Orient.

Le fret aérien surpasse le niveau d’avant-Covid

Le transport de fret aérien en avril 2021 a continué de surpasser son niveau d’avant-Covid (avril 2019), avec une demande en hausse de 12 %, selon l’Association du transport aérien international (IATA). Ainsi, la demande mondiale, mesurée en tonnes-kilomètres de fret (CTK), a augmenté de 12 % par rapport à avril 2019 et de 7,8 % par rapport à mars 2021. Elle est même supérieure de 5 % au pic d’août 2018 d’avant la crise.

Willie Walsh, directeur général de l’IATA, explique :

« Le fret aérien continue d’être la bonne nouvelle pour le secteur du transport aérien. La demande est en hausse de 12 % par rapport aux niveaux d’avant-crise et les rendements sont solides. Certaines régions surpassent la tendance mondiale, notamment les transporteurs d’Amérique du Nord, du Moyen-Orient et d’Afrique. Cependant, les bonnes performances du fret aérien ne sont pas universelles. La reprise pour les transporteurs de la région d’Amérique latine, par exemple, est au point mort ».

L’IATA appelle à s'ouvrir davantage au tourisme international

L'Association du transport aérien international (IATA) appelle les gouvernements à s'ouvrir davantage au tourisme international, tout en réduisant les mesures plus restrictives telles que la quarantaine - qui décourage clairement les voyages, en particulier pour de courtes périodes. Son but est de donner un nouvel élan au secteur du tourisme.

L’association propose des modèles alternatifs à l'auto-isolement, qui pourraient permettre de se déplacer en toute sécurité et de ne pas augmenter l'incidence des cas de Covid-19 dans les lieux de destination. C'est une combinaison variée de tests pré et post voyage que l'IATA recommande vivement d'adopter.

En collaboration avec les principales compagnies aériennes , l'IATA a arrêté quelques modèles qui peuvent permettre de voyager en toute sécurité. Les protocoles de dépistage doivent être entièrement basés sur des données et peuvent être universellement acceptés : une politique intelligente sur les voyages internationaux doit être calquée sur des besoins particuliers, mais toujours en synergie avec les autres gouvernements. Ce qui ressort le plus, c'est l'existence de mesures de sécurité aussi efficaces que la quarantaine, qui permettent cependant une plus grande liberté aux touristes.