L’organisation d’un match amical Algérie - France semble toujours d’actualité. Selon le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, l’idée tient toujours la route, du moins du côté français. « Je souhaite aller jouer en Algérie et je ferai tout ce que je peux », a-t-il affirmé dans une interview accordée le 15 juin au site sofoot.com.

Questionné sur la possibilité de l’organisation d’un match amical entre l’Algérie, championne d’Afrique, et la France, en cas de succès à l’Euro 2020, le président de la FFF, Noël Le Graët, n’a pas caché de son souhait de voir cette idée se concrétiser sur le terrain. « Je partage complètement votre souhait. J’ai toujours envie de le faire, mais c’est la politique qui m’empêche de le faire » a-t-il affirmé dans un entretien accordée le 15 juin au site français spécialisé sofoot.com.

L'Algérie n’a pas donné son accord à un match amical avec la France

Concernant les raison du non aboutissement du projet de l’organisation de ce match amical Algérie - France, pourtant annoncé depuis plusieurs années, le président de la FFF est catégorique. C’est l’Algérie qui n’a pas donné son accord « Ce n’est pas la France, c’est l’Algérie. Parce que moi, je souhaite aller là-bas. Jouer le match ici, on peut le faire, ils viendraient. Mais j’aimerais bien aller là-bas, parce que ça fait quand même cinquante ans », a-t-il répondu.

À lire aussi :  « Ana chikour » : la célébration polémique d'Islam Slimani après son but contre la Guinée

Noël Le Graët  a même révélé que la question d’un match amical Algérie-France a été abordée par ses soins avec le patron de la FIFA. « C’est le seul pays du monde qu’on ne peut pas rencontrer. J’ai reçu Gianni Infantino hier ou avant-hier, on en a reparlé, on ira peut-être là-bas ensemble un de ces jours, pour voir plutôt le côté politique et sécurité. Mais oui, j’aimerais bien faire ce match », a affirmé Noël Le Graët.

Concernant la possibilité de la tenue d’un autre match entre les deux sélections nationales en France, après celui de 2001 à Paris qui a vu les camarades de Zidane l'emporter face aux Verts du capitaine Belmadi (4-1), Le Graët, n’en voit pas l’utilité. « Parce qu’ils (les Algériens, ndlr) sont déjà venus », selon ses dires. « Moi, j’ai envie d’aller jouer en Algérie parce que ce serait un signe fort. Je vais en Algérie souvent, et là-bas, sur les écrans, ils regardent les matchs de notre championnat. Les faire venir ici, c’est facile, n’importe où. Je trouve que c’est difficile, non pas d’avoir un refus permanent, mais de ne pas pouvoir aller jouer au foot. Les faire venir à Paris, aucun problème, on remplit le Stade de France, on se fait du fric, ce n’est pas le problème. Mais j’ai envie de jouer là-bas », tranche-t-il.

À lire aussi :  Algérie-Guinée : Sur quelles chaînes suivre le match

Le sport pour apaiser les tensions politiques entre l'Algérie et la France

Relancé sur les raisons qui l’ont poussé à insister sur un match amical entre les deux sélections en Algérie, au lieu de le faire à nouveau en France, le patron de la FFF a répondu : « Je vous ai dit que je voulais le faire en Algérie parce que ce serait un signe fort et que je pense que malgré tout, la France est aimée là-bas. Au niveau politique, il y a effectivement des difficultés entre les deux pays. Mais le sport, et surtout le foot, peut arranger les choses ».

Alors verra-ton enfin les Bleus, menés par le revenant Karim Benzema, donner la réplique aux Verts du capitaine Riyad Mahrez dans un stade algérien ? Le vœu est permis même si la question n'est pas encore tranchée.