Une stèle à l’effigie du révolutionnaire algérien Hocine Aït-Ahmed, érigée dans la localité de Ouacifs dans la wilaya de Tizi-Ouzou, a fait l’objet d’acte de vandalisme dans la nuit du 18 juin. Un acte qui suscite des réactions de désapprobation sur les réseaux sociaux chez la majorité des Kabyles. Pour eux, cet acte est « une atteinte à la mémoire de l’un des pilier de la révolution algérienne ».

La stèle érigée au mois d'avril 2016 au centre-ville des Ouacifs (wilaya de Tizi Ouzou), à l'effigie du défunt Hocine Aït-Ahmed, a été vandalisée dans la nuit du 18 au 19 juin. Selon plusieurs militants du Front des forces socialistes (FFS), il s'agit d'un acte de vandalisme avéré. Sur les réseaux sociaux, des images ont circulé montrant une partie de ladite stèle complètement abîmée.

La direction du FFS dénonce un acte « abject »

« Nous tenons à dénoncer avec force et véhémence l’acte de vandalisme qui a ciblé la statue érigée à l’effigie de feu Hocine Aït-Ahmed au centre-ville des Ouacifs dans la wilaya de Tizi-Ouzou », a vivement réagi le 19 juin Hakim Belahcel, membre de l’instance présidentielle du FFS sur sa page Facebook.

Les auteurs de cet acte « criminel et abject » devront être « identifiés et punis par la loi ». « Rien ne peut justifier ni légitimer cet acte de sabotage qui attente à la mémoire de l’un des piliers de la révolution Algérienne et précurseur du combat démocratique dans le pays », a-t-il conclu.

À lire aussi :  L'ambassadeur de France au Maroc se désengage de la résolution de l'UE

Un acte de vandalisme largement commenté sur les réseaux sociaux. Les commentateurs étaient unanimes à dénoncer cette « atteinte à la mémoire d’un grand homme révolutionnaire ».

Une relation avec les propos du fils du colonel Amirouche ?

Certains sont allés jusqu'à lier cet acte avec la polémique suscitée ces derniers jours en Algérie suite à la sortie de Nordine Aït-Hamouda, dit Nordine Amirouche. Ce dernier avait fait de nombreuses « révélations » lors de son passage sur une émission télévisée diffusée le jeudi 17 juin par la chaîne Elhayat. Concernant l’émir Abdelkader, l’ex-député a affirmé, avec des documents qu’il a présentés, que « tous les auteurs français le (l'émir) qualifient d’ami de la France. Tout le monde sait que l’émir Abdelkader s’est rendu à la France. Tous ses enfants, ses petits-enfants et sa veuve ont reçu des pensions de la part de l’État français. Lui-même a reçu la légion d’Honneur de la part de l’État français »

Des révélations qui ont suscité une vive polémique, notamment chez les leaders des partis islamistes et conservateurs. Ces derniers, à l’image d’Abdelkader Bengrina, Abderezak Makri et Tayeb Zitouni, n’ont pas ménagé leur lexique pour tirer à boulets rouges sur le fils du colonel Amirouche. L’Association portant le nom de l’émir Abdelkader a même annoncé le dépôt d’une plainte contre Nordine Aït-Hamouda pour « diffamation ».

À lire aussi :  Le Maroc a humilié l'Espagne, selon un ancien premier ministre espagnol

Un « acte isolé », selon un militant du FFS

Toutefois, selon un militant du FFS, l’acte serait isolé. En effet, dans une publication sur sa page Facebook, Kousseila Iddir a affirmé que la statue de Hocine Aït-Ahmed a été vandalisée à la suite d'une bagarre entre certains individus.

« I’ai reçu un appel d’un ami de Ouacifs à 9 h 30 du matin m’informant que la statue érigée à l’effigie de feu Hocine Aït-Ahmed a été vandalisée suite à (sic) un bagarre entre quelques types ivres ». Selon la même source, « c’est un acte isolé et […] les gens des Ouacifs sont déterminés à reconstruire la statue ».

Une version qui va certainement mettre fin à la vive polémique suscitée par cet acte en cette période de tension politique.