À la suite du scandale survenu à l’Aéroport d’Alger, les services de la douane algérienne ont indiqué avoir ouvert une enquête. L’affaire concerne le tournage d’une vidéo par un passager qui s’est plaint de ce qu’il aurait subi lors du contrôle douanier de son bagage au niveau de l’Aéroport international Houari Boumediene d’Alger.

La vidéo d’un passager se plaignant du contrôle de bagage qu’il a subi au niveau de l’aéroport d’Alger a fait le tour des réseaux sociaux en Algérie. Les images montrent un passager arrivé de Turquie expliquant que la douane lui avait saisi 50 tablettes de chocolat sur les 60 qu’il transportait. Le voyageur a également dénoncé les mêmes services qui ont mentionné avoir saisi 25 tablettes de chocolat au lieu de 50. « Pourquoi avoir écrit 25 alors que vous en avez pris 50 ? J’ai dépassé le quota autorisé ? Pas de problème. Saisissez-le, mais mettez-le dans le document », a déploré le même voyageur qui a souligné qu’il déposera plainte dès sa sortie du confinement.

La Direction des Douanes ouvre une enquête

La Direction générale des Douanes (DGD) a décidé de réagir via un communiqué qu’elle a diffusé dans la soirée de mardi 22 juin.

« Suite à une vidéo relayée sur les réseaux sociaux relative à la plainte d’une personne se présentant en tant que voyageur entré via l’Aéroport international d’Alger Houari Boumediene, actuellement en confinement, sur ce qu’il aurait subi lors du contrôle douanier de son bagage personnel, les services de la DGD ont dépêché, immédiatement, une commission d’enquête pour s’enquérir des tenants et aboutissant de cette affaire », précise le communiqué de la direction de l’Information et de la Communication de la Douane algérienne.

Par ailleurs, les même services ont fait état de « la prises des mesures administratives conservatoires nécessaires », tout en assurant que « les services des Douanes algériennes veillent à travers tous les postes frontaliers à garantir un service public douanier professionnel à tous leurs usagers dans le respect, strict et total, des dispositions légales et réglementaires en vigueur ». La même source a également soulevé son « attachement permanent, à travers les différents supports officiels de communication, à répondre de manière efficiente aux préoccupations des usagers ».