Les passagers devant prendre l'avion début juillet depuis ou vers les aéroports de Paris (Orly et Roissy) doivent s'attendre à des perturbations. En effet, les syndicats du groupe Aéroports de Paris ont déposé un préavis de grève de cinq jours, qui coïncide avec le premier week-end des grands départs estivaux.   

Un préavis de grève du 1er au 5 juillet a été déposé par les syndicats du groupe Aéroport de Paris (ADP), afin d'exiger le maintien de certaines primes vouées à disparaître. « Il s'agit d'une grève des personnels qui sont au sol », indique, ce mardi  29 juin sur RTL, le président-directeur général du groupe Aéroports de Paris, Augustin de Romanet.

« Nous ferons tous nos efforts pour qu’aucun vol ne soit annulé »

Ce  mouvement de grève de cinq jours risque-t-il d’affecter les nombreux vols programmés durant cette période, dont certains sont prévus depuis ou vers l’Algérie ? À ce sujet, le PDG d'ADP précise : « Notre effort visera à ce que les avions soient tout au plus retardés » au départ, sans pour autant que la mobilisation sociale « ne vous (passagers, ndlr) empêche de partir » en vacances. « Nous ferons tous nos efforts pour qu’aucun vol ne soit annulé », a-t-il assuré au micro de RTL.

À lire aussi :  Guerre d'Algérie : révélations sur les prisons de Normandie

A noter que les salariés du groupe Aéroports de Paris (ADP), qui regroupe les aéroports d’Orly et de Roissy Charles-de-Gaulle, exigent le retrait du plan d'adaptation des contrats de travail (PACT), passés en force par la direction du groupe, contre l'avis du CSE, annoncé le 21 mai dernier. Ce plan d'adaptation vise à supprimer certaines primes. Un licenciement menace les employés qui refuseraient les termes de ce plan.

Dans le même temps, un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) est toujours en cours. ADP explique que toutes ces mesures sont nécessaires pour réaliser des économies, alors même que le transport aérien a été lourdement affecté par la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19.

ADP a perdu 1,17 milliard d’euros en 2020

L’entreprise « a connu un sinistre comme jamais nous n’avions connu dans l’histoire des aéroports, 80 % de chiffre d’affaires » perdus en 2020, a rappelé, le PDG Augustin de Romanet. Affecté comme tout le secteur du transport aérien par l’effondrement du trafic induit par la crise sanitaire, le groupe ADP a perdu 1,17 milliard d’euros en 2020 et engagé une réduction de ses effectifs de 11 %.