Le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, a annoncé de nouvelles mesures pour les voyageurs étrangers désirant se rendre en France. Des mesures inhérentes aux tests Covid que tout passager devra présenter avant d'entrer sur le sol français

Les tests en question deviendront « payants dès le 7 juillet pour les touristes étrangers » venant en France, a affirmé, mercredi, le porte-parole du gouvernement à la presse française. Les tests seront facturés « à hauteur de 49 euros pour les PCR et 29 euros pour les antigéniques », a précisé M. Attal, pour qui « c'est une question de réciprocité sachant que ces tests sont payants dans la plupart des pays pour les Français qui voyagent ».

49 euros pour la PCR et 29 euros pour le test antigénique

Ainsi donc, les touristes du monde entier désirant se rendre en France, y compris les Algériens, seront dans l’obligation de payer, à partir du 7 juillet, les tests Covid-19 à hauteur de 49 euros pour la PCR et 29 euros pour le test antigénique. Des frais supplémentaires onéreux pour de nombreux touristes, dont les Algériens.

En effet, quand on connaît la valeur de l'euro sur le marché noir en Algérie, le coût d’un test PCR pour un touriste algérien sera de l’ordre de 10 000 DA. Une somme qui s’ajoute à d'autres frais (billet, réservation d’hôtel, frais de visa…) .

À lire aussi :  Reprise des vols à l'aéroport de Montpellier

Le pass sanitaire en vigueur aujourd'hui dans tous les pays de l’UE

Toutefois, le représentant du gouvernement français a rappelé que « les touristes qui viennent chez nous sont évidemment soumis au pass sanitaire », qui entrera en vigueur à partir de ce 1er juillet à travers l’ensemble des pays de l’Union européenne (UE). A noter que les détenteurs de certificats de pass sanitaire devraient être exemptés de toute restriction supplémentaire en matière de voyages. Le règlement s’appliquera pendant 12 mois.

L’objectif du certificat est de faciliter la sécurité et la libre circulation au sein de l’Union européenne pendant la pandémie. Tous les Européens ont le droit de circuler librement, même sans certificat, mais le certificat facilitera les déplacements, en exemptant ses détenteurs de restrictions, telles que la quarantaine.