Plus de 800 harraga algériens sont arrivés, en quatre jours, sur les côtes espagnoles. Ce véritable « tsunami » de migrants clandestins algériens vers l’Espagne ne cesse d’alerter les ONG en charge de ce phénomène.

Le phénomène des harraga vient de prendre une ampleur jamais égalée auparavant. Le nombre de départs depuis l’Algérie a carrément explosé durant les quatre derniers jours. Selon les chiffres rapportés, samedi 3 juillet, par Francisco Jose Clemente Martin, membre d’une ONG espagnole qui se charge de l’accueil des migrants, plus de 800 migrants clandestins algériens sont arrivés sur les côtes espagnoles durant quatre jours (du mercredi 30 juin à samedi 3 juillet).

Des centaines de harraga algériens débarquent en Espagne

Selon la même source, 600 harraga algériens ont été interceptés par la Garde civile espagnole et le reste a pu échapper aux autorités espagnoles. Selon l’activiste espagnol, beaucoup de femmes et d’enfants figurent parmi ces migrants clandestins. Il indique que plus de 1100 migrants clandestins, de différentes nationalités, sont arrivés ces derniers jours à Motril, Almeria, Cartagena, Alicante, et aux îles Baléares.

Selon Francisco Jose Clemente Martin, neuf embarcations ont été interceptées par la garde civile espagnole, à bord desquelles se trouvaient des Algériens en majorité, alors que les autres ont pu s'échapper. Le militant avait indiqué, le 1er juillet sur sa page Facebook, avoir signalé la disparition de cinq petites embarcations transportant plus de 100 harraga.

Beaucoup de femmes et d’enfants parmi les harraga

« Plus de 200 ressortissants algériens ont été localisés à bord d’embarcations de fortune, mais seule une petite centaine d’entre eux ont été secourus et amenés à bon port », a-t-il mentionné. Par le biais d’un communiqué, l’activiste humanitaire avait affirmé être venu en aide à quatre embarcations, qui ont lancé un SOS en utilisant le téléphone d’urgence. Il s’est dit également « très préoccupé et inquiet par la disparition de cinq (5) barques, depuis plus de 48 h ».

Francisco Jose Clemente Martin relève que face à cette arrivée massive de migrants en Espagne, les moyens pour leur porter secours et leur assurer une bonne prise en charge sont limités. Il a précisé d’ailleurs que plus 200 migrants clandestins ont été transférés dans les « CIE », centres de rétention de migrants à Cartagena et Barcelone.

Plus de 70000 migrants sont partis en 2020 de Libye, d’Algérie et de Tunisie

L’année dernière à la même époque, l’Espagne a affirmé avoir accueilli plus de 1700 Algériens sur son sol contre une centaine à la même période en 2019. Selon des statistiques établies par l’agence européenne de garde-frontière et de garde-côtes, « plus de 70000 personnes sont parties en 2020 de Libye, d’Algérie et de Tunisie, soit 140 % de plus que l’année précédente ».

231 harraga algériens ont trouvé la mort en 2020

Un rapport de l’ONG Caminando Fronteras a fait état de 2170 migrants morts durant l’année 2020 en tentant de rejoindre l’Espagne. Un chiffre en hausse de 143 % par rapport à l’année 2019. Selon le rapport de cette ONG, au moins 231 migrants algériens ont trouvé la mort l’année dernière en tentant la traversée pour rejoindre les côtes espagnoles. La même source a recensé 23 naufrages sur la route menant des côtes algériennes vers les côtes des îles Baléares et d’Almeria.