Les pouvoirs publics ont reconnu l’échec de la campagne de la vaccination contre la Covid-19 en Algérie.  En effet, avec un taux de vaccination qui ne dépasse pas 10 %,  selon les chiffres officiels, l’Algérie figure dans la liste des pays qui enregistrent un énorme retard en matière de vaccination.

Lancée à la fin janvier dernier, la campagne de vaccination contre la Covid-19 en Algérie peine à s’accélérer. Elle a atteint le taux de 10 % seulement (moins de 4 millions de la population), selon les chiffres annoncés jeudi 8 juillet par le Directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA), Dr Fawzi Derrar, lors d'un point de presse animé par le ministre de la Santé en compagnie de cadres de son département.

Taux de vaccination : Le Maroc dépasse largement l'Algérie

Un taux de vaccination insignifiant après six mois de son lancement, alors  que l'Algérie devrait atteindre un taux de 80 % de citoyens vaccinés d’ici la fin de l’année selon les prévisions des pouvoirs publics. À titre de comparaison, le nombre de primo-vaccinés au Maroc s’élève à 10 160 373, tandis que celui des personnes ayant reçu la 1re et 2e dose a atteint les 9 194 976, selon le dernier bulletin quotidien sur la situation épidémiologique au Maroc.

À lire aussi :  Allocation touristique : Que peut faire un touriste algérien avec 100 euros ?

10% seulement de la population algérienne vaccinée

À ce propos, le Directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) a affirmé que l'élargissement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 à 80 % de la population constitue « le seul moyen » de prévention contre la propagation du variant Delta, actuellement le plus répandu et le plus dangereux dans le monde.

« La vaccination reste le seule moyen efficace contre le virus et les variants, notamment "Delta", devenu une menace pour la population en raison de sa vitesse de propagation, où une seule personne atteinte du variant peut contaminer 8 personnes, contrairement aux autres variants », a fait savoir Dr Derrar.

Un taux de vaccination très loin des objectifs

Appelant les citoyens à l'impératif de se faire vacciner, d'autant que les vaccins sont disponibles actuellement, le même responsable a estimé que « le taux atteint par cette opération, à savoir 10 % seulement, ne permet pas d'endiguer la propagation du variant Delta, d'où l'impératif d'inciter les citoyens à atteindre un taux de 80 % à même de permettre de briser la chaîne de contamination et de faire face aux autres vagues ».

De son côté, le ministre de la Santé, Pr Abderrahmane Benbouzid a présenté le nouveau plan stratégique de communication de la campagne de vaccination qui vise, en premier lieu, à inciter les citoyens à se faire vacciner afin de briser la chaîne de contamination à travers le recours aux différents médias et l'organisation de conférences et de tables rondes par des spécialistes et des personnalités influentes dans la société.

À lire aussi :  Classement de Shanghai 2022 : Les universités d'Afrique du Nord absentes

Vaccination en Algérie : Les mosquées appelées à la rescousse

Il s'agit également du lancement de caravanes mobiles vers les zones enclavées et l'élargissement du nombre des espaces publics, des centres commerciaux, des mosquées, des institutions et des cliniques relevant du secteur privé dédié à cette opération, qualifiée de « très importante ».

Cette nouvelle stratégie, poursuit Pr Benbouzid, vise à cibler au moins un million de personnes par mois, afin d'endiguer la propagation du virus et de ses nouveaux variants. Le ministre a en outre rappelé « la simplification de l'opération de vaccination en rapprochant la santé des citoyens et qu'il n'y a pas lieu d'avoir peur des effets secondaires des vaccins ».

4 millions de doses de vaccin attendues entre le 11 et le 18 juillet

De son côté, la directrice générale de la pharmacie et des équipements médicaux, Pr Wahiba Hadjoudj a évoqué les différents types de vaccins acquis par l'Algérie ainsi que ceux qu'elle va acquérir à l'avenir (Pfizer, Johnson And Johnson, et Moderna) qui sont homologués par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), faisant état de la réception d'un nombre « important » de ces vaccins durant le mois de juillet en cours et d'aout prochain.

À cet effet, quelque quatre millions de doses de vaccin contre la Covid-19 devront être réceptionnées entre le 11 et le 18 juillet en cours. Le ministre de la Santé a précisé que 1,6 million de doses seront réceptionnées le 11 juillet en cours et 400 000 autres le 18 du même mois, ainsi qu'un million de doses à la fin de ce mois, portant le nombre des doses à près de 4 millions de doses.