Les Français vaccinés à l'étranger et souhaitant retourner dans leur pays peuvent désormais faire leur demande de pass sanitaire. Une procédure qui devra permettre aux Français expatriés en Algérie et dans d'autres pays du monde de pouvoir voyager sans restrictions. Pour cela, les autorités françaises ont annoncé, ce lundi 2 août, le mode d'emploi pour l'obtention ce pass sanitaire pour les Français expatriés depuis les pays où ils se trouvent.

Le secrétaire d'État français chargé du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, vient d’en dévoiler les modalités dans un communiqué relayé sur son compte Twitter ce lundi 2 août. « La cellule du Quai d’Orsay permettant de délivrer un QR code de pass sanitaire pour les Français de l’étranger vaccinés avec des vaccins homologués par l'UE ou leurs équivalents est opérationnelle », écrit Jean-Baptiste Lemoyne. Il précise notamment les adresses de courriel auxquelles ces Français vivant à l’étranger devront faire parvenir leurs documents.

Français expatriés : Comment obtenir un pass sanitaire ?

Ainsi donc, les Français expatriés en Algérie et dans les autres pays du monde peuvent désormais faire leur demande de pass sanitaire en suivant le mode d'emploi annoncé ce lundi par le secrétaire d’État français chargé du tourisme. Une procédure qui va permettre aux expatriés français de se rendre dans leur pays, où le pass sanitaire est devenu obligatoire.

Quelles sont les conditions pour obtenir le pass sanitaire ?

Pour pouvoir prétendre à cette procédure, il faut remplir plusieurs conditions : être de nationalité française et avoir plus de 18 ans, arriver en France avant le 31 août, mais aussi avoir été vacciné avec un vaccin homologué par l’Agence européenne des médicaments. Pour l’instant sont homologués les sérums de Pfizer-Biontec, AstraZeneca, et Johnson & Johnson, précise le document du ministère français des Affaires étrangères.

Quel dossier faut-il constituer pour ce pass sanitaire ?

Il faudra ensuite préparer un petit dossier au format numérique (PDF, JPEG ou PNG) contenant une copie d’une pièce d’identité, un certificat de vaccination du pays de résidence attestant d’un schéma vaccinal complet, un formulaire de demande rempli et disponible sur le site France Diplomatie et une preuve de résidence hors de France. L’ensemble de ce dossier devra être transmis aux adresses indiquées sur le site de France Diplomatie suivant que vous soyez résident au Canada, aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Afrique du Nord, en Europe continentale ou autre part.

Voir : Demande de passe sanitaire en cas de vaccination à l’étranger (procédure pour les ressortissants français et leurs ayants droit)

Une fois obtenu, dans quels pays le pass sanitaire sera-t-il valable ?

Une fois que ce dossier aura été traité, le demandeur recevra son QR code par courriel également. Ce dernier est valable dans toute l'Union européenne ainsi que dans les pays ayant établi des accords avec la France (Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Royaume-Uni, Suisse). En cas de difficultés ou de question, une adresse a été mise en place : [email protected]

Qu'en est-il des vaccins non homologués en France ?

Toutefois, la question qui taraude les esprits des nombreux Français de l’étranger, notamment ceux expatriés en Algérie, au Maroc ou en Tunisie, est celle des vaccins Spoutnik V (Russie), Sinopharm (Chine) et Sinovac (Chine). Des vaccins largement utilisés dans les pays en question, mais non homologués par l'Agence européenne du médicament (EMA).

À ce propos, le secrétaire d’État français chargé du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a indiqué dans un entretien accordé le 1er août au Journal du Dimanche que « la réflexion est en cours » sur la question des vaccins. « Nous avons demandé aux experts scientifiques d'évaluer à quelles conditions ils pourraient être complétés par une vaccination avec l'ARN messager en France », a-t-il précisé.

Le secrétaire d'État prévient toutefois dans son entretien que la diffusion du pass sanitaire ne sera pas forcément synonyme d'une levée généralisée des restrictions sanitaires. « Le pass sanitaire est le premier outil qui permet de lutter contre l'épidémie. Son principe est justement d'éviter les mesures de freinage traditionnelles. Pour autant, le virus, c'est l'inattendu permanent et nous continuerons à avoir une gestion territorialisée de la réponse », a-t-il souligné.